Mamusicale

//Scotch & Sofa : Un voyage vers « l’Ailleurs » …

Interview Artistes, Pop | 19 septembre 2016

scotch-sofa_piscine1_clisa-roze

Crédit photo : Lisa Roze

Mamusicale est allée interviewer le duo Scotch & Sofa qui vient de sortir son deuxième album intitulé Ailleurs. Rencontre entre ciel et terre avec Chloé et Romain …

 

Revenons sur votre parcours, quel a été le point de rencontre entre vous ?

Chloé : La rencontre s’est passée à Montpellier et cela fait plus de 10 ans que nous jouons ensemble maintenant. A la base, je voulais chanter mais en étant accompagnée. J’ai donc écrit une petite annonce « chanteuse cherche guitariste » et romain a répondu. Il y a tout de suite eu comme une sorte d’évidence musicale et humaine entre nous.

Romain : On a aimé les notes de musique et le silence entre aussi. L’idée de monter ce projet est venu tout naturellement.

Le Jam à Montpellier est le lieu qui vous a réuni, quelle est votre façon de travailler, les chansons viennent-elles de l’improvisation justement ?

Chloé : Souvent ça part du texte, celui-ci nous inspire de la musique. Sur ce deuxième album plusieurs auteurs sont d’ailleurs venus prêter leur plume. Et en partant des mots, Romain peut arriver avec un plan de guitare et moi une mélodie ensuite.

A travers votre duo et ce nom Scotch & Sofa on retrouve deux entités, ça reflète une complémentarité ou une dualité ?

Chloé : Une complémentarité oui j’espère mais une différence aussi. Romain c’est celui qui me ramène à la terre, moi je suis un peu là-haut, dans les airs (rires). Cela vient peut-être de ma culture lyrique, au conservatoire j’ai fait du classique et j’ai toujours aimé ça. Sur la chanson Ailleurs qui ouvre l’album on est carrément allé dans une église enregistrer les chœurs, ce qui donne un côté très aérien.

Romain : Moi je suis très sensible aux fréquences basses, à la rythmique, quelque chose qui est plus dans les pieds et dans le sol.

scotch-sofa_ailleurs_albumcoverVotre deuxième album s’intitule Ailleurs, il est déjà dans les bacs. C’est un ailleurs personnel et artistique que vous recherchiez ?

Chloé : On a l’impression d’être allé un peu ailleurs c’est vrai. C’est la continuité avec le premier opus et en même temps il est différent car il s’ouvre à des ambiances nouvelles. Certes, il y a ce côté ballade mais aussi des chansons plus rythmées et dynamiques. J’aime quand les gens me disent que cet album les fait voyager, comme dans un film, que les chansons les amènent quelque part. Je trouve que notre musique se prête bien pour illustrer des images.

Romain : Un ailleurs dans le travail de réalisation et d’arrangement aussi. Le premier album a été long à sortir parce que les références musicales pesaient assez lourd. J’ai mis du temps à m’en dégager et là c’était plus léger et décomplexé. Nous étions dans une ambiance beaucoup plus sereine et posée pour l’enregistrement des chansons.

Aller ailleurs avec la volonté de s’entourer des bonnes personnes pour l’album ?

Chloé : On adore collaborer avec des gens parce qu’il y a le duo mais le partage est nécessaire pour nous. Par exemple, il y a Fabien Boeuf qui chante sur le titre Tu es le roi, qui a écrit aussi plusieurs textes. Ours (Charles Souchon) revient pour co-réaliser avec Romain la chanson ça ne m’amuse pas. Yann Arnaud, qu’on admire beaucoup, a signé le mixage des titres.

Romain : Tous les gens sur ce disque sont nos amis. De l’ingé son, aux musiciens etc … Ce sont des personnes avec qui on vit, que l’on fréquente. Quand on fait des choses on se sollicite mutuellement pour avoir des avis extérieurs.

Chloé : On leur fait confiance et ils nous font confiance. C’est comme si on était sur une même longueur d’onde humaine et musicale, on fait de la musique pour les mêmes raisons.

Vous avez une base acoustique mais ce nouvel opus s’ouvre à d’autres horizons ?

Romain : Une base acoustique oui, c’est certain. Mais j’ai découvert les vieux synthétiseurs des années 60/ 70, c’est ça qui donne pas mal cette nouvelle couleur à l’album. Je crois que j’en suis qu’au début … J’ai l’impression que la musique est très hybride aujourd’hui, c’est un peu ce qu’on fait. Une chanson française ouverte, on ne s’interdit pas grand-chose. De toute façon, je n’ai pas beaucoup de références auxquelles me conformer.

Justement, quelles sont vos influences ?

Chloé : Dans mon parcours il y a les Beatles, Radiohead, Feist ou encore la musique instrumentale. Le piano me fait voyager.

Romain : Avant j’écoutais beaucoup de jazz, de hip-hop, de soul et là énormément de pop. Cela fait un autre disque du coup, notamment dans la manière de faire les chansons. Moi je suis sensible aux gens qui font de la chanson française avec cette idée de la pop comme Mathieu Boogaerts, Ours …

On retrouve un thème qui se démarque à travers vos chansons ce sont les rapports humains et les sentiments, qu’est-ce qui vous a fait choisir vos auteurs ?

Chloé : Oui je trouve que ce n’est pas évident de parler de la relation amoureuse en français. Je voulais que ce soit accessible mais avec une profondeur dans l’idée. Plusieurs auteurs sont sur ce disque et je m’y suis mise aussi. On fonctionne au coup de cœur, par exemple Fabien Boeuf nous a ouvert à une simplicité dans l’écriture.

Romain : Le premier disque est plus dans le rapport à soi, très intérieur et ce deuxième opus traite du rapport à l’autre, comment on interagit avec le monde.

Il y a quelque chose de direct dans ta façon de chanter Chloé, tu le conçois aussi ?

Chloé : Je le conçois et c’est vraiment conscient. Comme dans la vie, je n’ai pas envie de voile ou de barrière. Je sais à quel point on n’ose pas assez et qu’on est toujours avec les « ça se fait ou pas ». Dans le chant c’est pareil, il y a un côté spontané. Mon but c’est d’être dans la justesse du ton de ce qui est raconté.

Romain : J’ai toujours été sensible aux chanteurs, comme Chloé, qui chantent comme ils parlent et qui restent donc eux-mêmes.

Comment retranscrivez-vous l’album sur scène ?

Chloé : On était deux sur scène il y a encore quelques semaines et maintenant un batteur a intégré le groupe. Moi je suis au chant et aux machines et Romain derrière ses pédales pour étoffer tout ça.

Romain : C’était rafraîchissant d’ouvrir le duo au bout de 10 ans à un troisième musicien. Il se trouve qu’on est très bien tombé, c’est une sorte de poulpe (rires). Il fait en même temps la batterie d’une main, le clavier d’une autre main, des spaghettis avec les pieds et sert les cafés et tout ça pour une misère. Non sérieusement, ça permet d’explorer un peu plus notre univers et moi ça me libère et me permet de bouger sur scène, il y a plus de lâcher prise.

Chloé : Et puis à tout vouloir faire tout seul tu perds dans le sens des mots que tu chantes car ça devient plus automatique et moins vivant.

Il y a une date importante pour vous, ce sera le 15 octobre au Divan du monde ?

Romain : Oui dès 20h, ce sera l’occasion pour nous de fêter ce nouveau disque. Nous allons d’ailleurs inviter tous nos amis chanteurs.

Chloé : A 16h30 aussi nous proposerons un concert pour les enfants. J’aime ce public qui est dans la spontanéité car il n’a pas encore le jugement de l’adulte et puis c’est chouette de voir qu’ils sont réceptifs.

 

Retrouvez l’actualité de Scotch & Sofa sur www.facebook.com/scotchsofa/ et sur scotchetsofa.net

// Interview par : Johann Guérin

Interview & Live report

// Laissez un commentaire

Nom ou Pseudo (*)

Email (*) Ne sera pas publié

Votre Commentaire (*)

Je calcule parce que ne suis pas un robot :