Mamusicale

//INTERVIEW: STUCK IN THE SOUND AU FNAC LIVE

Interview Artistes, Pop, Pop / Rock, Rock | 10 août 2016

STUCK IN THE SOUND 2Une bonne dose d’énergie que seuls des groupes comme STUCK IN  THE SOUND peuvent nous donner.

22 juillet 2016 19h30 les STUCK IN THE SOUND viennent d’allumer le FNAC LIVE devant 20 000  personnes. Ils sortent de scène remplis d’ondes positives. Je les retrouve 30 minutes après pour recueillir leurs impressions.

Merci Emmanuel, Arno et Romain de vous arrêter quelques instants pour Mamusicale.

Salut, merci à toi        

Comment avez-vous ressenti votre concert au Fnac Live ?

Jouer à 18h30 avec un soleil de plomb sur scène, forcément il fait très très chaud. Mais ça va… ça fait déjà notre troisième participation au festival même si au début ça s’appelait Paris Plage.

En fait vous êtes des anciens du festival … 

Oui exactement, c’est ça.

STUCK IN THE SOUND 335 minutes de live, je suis frustré, j’en voulais plus.

Tu m’étonnes, nous aussi. On s’est dit la même chose quand on a fait la set list !

Comment se passe l’arbitrage entre vous  justement pour choisir des morceaux ?

Ça se fait assez rapidement par texto (rire…) Pour ce concert on a fait simple. Nous avons quatre albums, tu mets deux tubes de chaque album et tu obtiens 8 titres, tu as ton concert mais c’est hyper frustrant. Surtout que pour nous, la charnière 30 minutes c’est le moment où l’on est chaud et là on était bien. On aurait bien continué…. C’était aussi pour nous un challenge d’aller chercher les gens. Au FNAC LIVE c’est plutôt grand public.

 Et l’accueil des artistes par le FNAC LIVE ?

Rien à redire. A si…. Y a pas de charcuterie dans les loges (rire…) La technique c’est mortel. Notre loge est dans un salon de l’hôtel de ville, c’est très agréable c’est unique.    

Qu’est ce qui vous donne envie de revenir jouer dans un festival plutôt qu’un autre ?

Clairement c’est l’accueil, ça joue beaucoup. Tu vois, nous, on est sensibles au cadre et à l’accueil. A moins d’avoir un public pourri qui te hue à la fin du festival, ça va être un peu dur évidement. Mais d’avoir des gens gentils, adorables, on a envie de tout donner au moment de monter sur scène.

 

STUCK IN THE SOUND ….. Pourquoi avoir choisi un nom anglophone alors que vous êtes français ?

Notre culture vient de Rage Against the Machine, The Smashing Pumpkins, des noms un peu à rallonge  et c’est notre adolescence. C’est ce qui nous a bercés. Et inconsciemment on l’a recraché à travers ça. Aujourd’hui, si on devait choisir un nom, on choisirait peut-être un nom qui marche dans toutes les langues. Un seul mot comme Fortune…. Un truc que les publicitaires aiment bien (rire..).

 

Vous avez sorti  SURVIVOR (en mars) … Votre  4 ème album. Quand on décide de faire un nouvel album a-t-on des interrogations sur la direction à prendre ?

Souvent, le futur album est en réaction aux albums précédents. Tu as envie de faire le contraire de ce que tu viens de faire. Quand on avait fait le 2 ème album, qui était très homogène, fait dans l’urgence et un peu sombre, l’album d’après on a essayé de prendre plus de lumière,  plus de temps, de faire plus de directions. Faire un truc complètement patchwork. Et là, on a une énergie live, on sort des festivals. On a envie de faire plutôt quelque chose de plus spontané et rugueux.

En quoi SURVIVOR est-il différent  des précédents albums ?

C’est le premier composé à cinq car Romain présent depuis 2012 est comme un nouvel électron qui vient modifier l’équilibre.

Ça change la composition ?

Carrément ! Romain joue du clavier et de la guitare et aussi il est producteur. Il a beaucoup changé la façon dont on aborde les titres, la production en amont de la composition. Il y a des morceaux qui sont arrivés sur l’ordinateur et qui ont été travaillés sur l’ordinateur avant de mettre nos instruments. Avant on ne faisait pas comme ça. 

Quelle est l’actualité du groupe dans les prochains mois ? 

Studio, studio, studio…. Car en fait pour nous, ce 4 ème album, ça fait 4 ans que l’on est dessus même s’il est sorti il y a 6 mois. On fait des concerts aussi, le processus normal mais on aime bien l’alternance entre le studio et le live. On va composer pour le moment et on verra ce que ça donnera d’ici la fin de cette année.

Merci à vous d’avoir répondu à Mamusicale.

Merci à toi

Toute leur actualité sur stuckinthesound.com 

 

Interview : Yann Chesneau

// Laissez un commentaire

Nom ou Pseudo (*)

Email (*) Ne sera pas publié

Votre Commentaire (*)

Je calcule parce que ne suis pas un robot :