Mamusicale

//Coup de projecteur sur EVA MARCHAL

Pop | 17 mai 2015



photo_bio_2Nous retrouvons Eva Marchal pour son troisième album Promised Land. Eva c’est une voix mutine et acidulée comme sa personnalité. Eva occupe une place à part, un peu marginale, dans le paysage musical français. Souvent comparée à Emilie Simon, Eva Marchal écrit, compose, chante et “bidouille” comme elle le dit, dans une veine qui la rapproche de Morcheeba et Goldfrapp. Avec Promised Land, Eva Marchal donne une teinte plus pop à sa musique en choisissant l’anglais sur la majorité des titres. A découvrir avec You Can Dance, le premier extrait.

cover Eva MarchalEt si jusque-là, elle avait divinement bien raconté les états d’âmes universels, les émotions qui nous rassemblent, cette fois elle s’est inspirée de son propre chaos pour accoucher de Promised Land.

 

Un album intégralement composé sur son Ipad, au milieu du salon. Avant d’y ajouter de vrais instruments, comme l’accordéon de Roland Romanelli, qui a longtemps joué avec Barbara, la batterie de Claude Salmieri et la guitare de Mathieu Imberti.

Eva joue avec sa voix, aussi. Un instrument à part entière. Elle murmure, elle chuchote, elle imite une guitare, elle bidouille, comme elle dit elle-même, pour que tout prenne la juste place. Elle travaille à partir des images qu’elle se fait.

Dans le titre éponyme de l’album, elle est un aigle qui prend de la hauteur, sur une ritournelle envoûtante et presque naïve, invitation au voyage vers un monde meilleur.
Ah, l’anglais, toujours l’anglais ! Oui, elle le sait : certains aimeraient l’entendre en Français. Alors justement, elle a osé un titre, un seul, dans la langue de Molière, sans déguisement.

Retrouvez toute son actualité sur evamarchal.net

// Laissez un commentaire

Nom ou Pseudo (*)

Email (*) Ne sera pas publié

Votre Commentaire (*)

Je calcule parce que ne suis pas un robot :