Mamusicale

//DOR, Le rappeur « caliente » d’Orléans

Musique Urbaine | 28 octobre 2020

Aujourd’hui nous rencontrons DOR (se prononce D-O-R), un jeune rappeur d’Orléans de 25 ans, produit par le label parisien  « La Ligne Bleue Records ». L’artiste puise dans ses origines espagnoles pour nous apporter des textes solaires avec une multitude de flows. Sa musicalité navigue, entre les histoires d’amour et son quotidien dans une ambiance caliente. DOR promet d’ensoleiller nos cœurs, durant cette année si spéciale.

Holà DOR cómo estás ?

Estoy bien gracias (rire)

Alors dis-moi DOR, comment occupes-tu tes journées en ce moment ?

A la vue de la crise sanitaire actuelle, je travaille beaucoup à distance avec mon ingénieur du son Joss. J’en profite également pour faire des freestyles à la maison et aussi me reposer.

Selon toi, quels sont les meilleurs adjectifs pour te présenter ?

Alors, je suis quelqu’un de très passionné, simple, ouvert et ça m’arrive par moment d’être marrant (rire). Je peux me définir aussi comme étant un « bon vivant ».

Á présent, parlons musique.

Comment le rap s’est présenté à toi ?

J’avais aux alentours de 16 ans, lorsque que j’ai commencé à écrire des textes avec mes potes. C’est à cette époque que j’ai découvert les « rap contenders ». Tout de suite, je me suis senti à l’aise et cela m’a poussé à continuer vers ce chemin.

Te souviens-tu du premier album que tu as acheté ?

Oui, mon premier album était  « Panthéon » de Booba, je l’avais acheté avec mes économies.

Une chose m’a interpellée dans tous tes morceaux, tu rappes en français mais aussi en espagnol. Peux-tu nous expliquer ce choix ?

J’ai des origines espagnoles et je parle la langue couramment. C’était une évidence pour moi, que cela figure dans ma musique. C’est également un moyen que j’ai trouvé pour me « débloquer » dans mon écriture. Le français étant une langue certes riche mais parfois peut paraître rigide.

Le morceau intitulé « Noche Entera » fait référence aux difficultés que l’on peut rencontrer en amour. Le thème de l’amour est une source d’inspiration ?

Oui, c’est vrai que je m’inspire souvent des relations amoureuses issues de mes propres expériences mais aussi celles des autres. J’aime parler de la vie en général, des moments de joies, de mes ambitions et partager ma vision des choses.

Peux-tu nous parler un peu de ta collaboration avec Manast LL’ ?

Avec Manast LL’, on se connaît depuis le début. C’est mon frère ! Il fait partie de ceux qui m’ont définitivement rendu amoureux de la création musicale. Il s’est entouré d’une équipe formidable qui a permis la naissance du collectif « La Ligne Bleue ». Il est le co-fondateur du label dont j’y suis rattaché dès son démarrage.

Que peut-on retrouver dans la compilation « Bleue volume 2 » de La Ligne Bleue Records ?

Bleue Vol.2 est la 2ème compilation du label. Au cours des 23 minutes d’écoute, on traverse l’univers de tous les artistes LBR. Ce qui permet de découvrir différents styles et ambiances.

Le rituel de DOR, pour produire un morceau ?

Je commence par trouver une prod caliente ou touchante, ensuite un petit verre en main avec l’application « Notes » ouverte. L’inspiration fait le reste.

Tu collabores avec quel beatmaker ?

Je collabore principalement avec les beatmakers qui gravitent autour du label « La Ligue Bleue Records » tels que : 528ron, Astrolabe Musique, Blasé. Je travaille également avec des producteurs locaux, comme VI Ape ou encore Xanny.

Prochainement, tu vas sortir quelque chose du four ?

L’EP « Historias, Pt.1 » est sorti le 31 janvier. La seconde partie du projet est actuellement en train de chauffer dans le four (rire). En attendant sur mon IGTV, je balance pas mal de visuels (Freestyle, micro clip) réalisés en partie par Raphaël Scalisi, Hamza et clémence.

Quels artistes écoutes-tu en ce moment ?

En ce moment j’écoute beaucoup Don Toliver, Rema, Blasé, Tripple Go et Rizzy Wallace, mais la liste est longue (rire).

Un message à faire passer au public ?

Merci pour votre soutien et vos écoutes. J’espère que ma recette continuera à vous plaire. Un conseil que je peux vous donner, il ne faut jamais perdre de vue l’objectif que l’on souhaite atteindre. Et pour finir, bon courage à toutes et à tous durant cette période difficile.

Retrouvez toute son actu sur Facebook                                                       © wendyhuynh et © donwitdacamera

// Interview par : Leïla Kallouche

Chroniqueuse Live report / Albums

// Laissez un commentaire

Nom ou Pseudo (*)

Email (*) Ne sera pas publié

Votre Commentaire (*)

Je calcule parce que ne suis pas un robot :