Mamusicale

//ARIANA VAFADARI – ANAHITA (2020)

Mamusicale | 15 juillet 2020

Ainsi parlait probablement le poète et philosophe Zarathoustra. Ainsi chante assurément Ariana Vafadari, sur ce surprenant second album, Anahita, disponible depuis juin 2020 sur le label Quart de Lune.

Accompagnée par Julien Carton (piano, arrangements), Driss El Maloumi (oud), Leïla Soldevila (basse), Habib Meftah Boushehri (percussion), la franco-iranienne Ariana Vafadari livre un album habité, majestueux, imposant, en un mot superbe aux sonorités classique et orientale, situées aux confins du classique, du jazz et des musiques du monde.

Porté par une voix lyrique, puissante, coécrit et produit par Ariana Vafadari chanteuse de formation classique, diplômée du Conservatoire national de Paris et Leili Anvar (journaliste, traductrice, comédienne), Anahita retrace le voyage et la quête d’une jeune femme parcourant le monde, et ses déserts à la recherche de la déesse de l’eau et de la source sacrée, source de vie et de fécondité permettant de faire revivre les grandes étendues devenues arides et désertiques.

Une fable ancienne aux enjeux pas si éloignés de nos préoccupations actuelles !

Un voyage initiatique, empreint de mystique persane (zoroastrienne), présenté sous forme de conte, en dix tableaux évoquant une errance et une aventure confrontées au divin et au sacré.

Un album, dépouillé, sobre s’appuyant sur de belles instrumentations de cordes, vocale, piano, oud et basse qui ne sont pas sans rappeler l’esprit d’artistes et de musiciens entretenant une relation étroite avec le spirituel comme le magnifique chanteur compositeur, oudiste, Dhafer Youssef et la grande fluidité acoustique d’Ali Farka Touré et Toumani Diabaté.

Tout en se référant à des textes, des poèmes ou des extraits de l’Avesta issus de la Perse antique, Ariana Vafadari  impulse de la modernité et réussit la belle performance d’associer a cappella, musiques traditionnelles, instruments traditionnels et modernes et chant classique.

Pour faire d’Anahita un très bel exercice, envoûtant, limpide illustrant une quête de l’eau et une interprétation dont beaucoup trouveront l’écoute aussi brillante que rafraîchissante !

Très recommandé. Retrouvez son actu sur arianavafadari.com

// chronique par : Franck Talleux

Rédacteur Jazz & Blues/Rock

// Laissez un commentaire

Nom ou Pseudo (*)

Email (*) Ne sera pas publié

Votre Commentaire (*)

Je calcule parce que ne suis pas un robot :