Mamusicale

//Paul Personne : La guitare pour verbe.

Live Report | 20 novembre 2019

Paul Personne fait une tournée d’une trentaine de dates, suite à son dernier album sorti en mai 2019 : Funambule. Ce guitariste d’exception fait donc une halte au Plan (91) qu’il connait bien et qui affichait complet depuis plusieurs semaines.

Le concert débute à 20h30 pétantes avec TIP STEVENS, régional de l’étape. Seul sur scène avec sa guitare acoustique, il va durant une trentaine de minutes, nous faire partager son folk mélancolique. Sa voix remarquable portée par une grande sensibilité a touché une large audience. Le public lui a réservé un très bon accueil. Il possède une grande maîtrise du chant, avec des passages d’une intensité déchirante. Sa reprise de Placebo fut un moment intense. Allez écouter son univers sur .tipstevens.com ou encore  sur  Facebook.

 

21h20, les lumières s’éteignent, les 3 musiciens (Steve Belmont à la batterie, Max Darmon à la basse et Florian Robin aux claviers) prennent place. L’intro très groovy, nous plonge direct dans le bain, nous préparant parfaitement à l’arrivée de PAUL PERSONNE.

Il nous présente le déroulement du concert, organisé en deux parties : d’abord les nouveaux titres pour ensuite parcourir sa belle et longue carrière.

Le dernier album est très bon, et c’est un plaisir d’écouter ses nouvelles compositions en live. Ça débute avec le titre « Les dégâts », qui porte bien son nom car le public semble « atteint » par les mots et la mélodie. Après avoir dit tout le bien qu’il pensait de cette salle du Plan, il n’a « même pas peur » d’enchaîner avec « Karma » qui fait bouger les corps machinalement. Le clavier, au son d’orgue Hammond, dialogue avec la guitare pour un résultat qui impose « Karma » parmi les titres phares de PAUL PERSONNE. Cette entame confirme ma bonne intuition à être présent ce soir. … Intuition partagée puisque c’est complet !

Puis arrive « Les autres », moment philosophique sartrien par son texte « l’enfer c’est les autres ». Durant le solo, la guitare semble pleurer, seul un guitariste de génie peut mettre autant d’émotion dans chaque note. PAUL PERSONNE et sa « Les Paul » ne laisse personne indifférent.

Après la philo, on passe au militantisme social avec « Les mêmes ». Opus lent, feutré, d’une sensibilité à fleur de peau avec des paroles de révolte et de désespoir (« c’est toujours les mêmes qui saignent, toujours les mêmes qu’on oubli, jusqu’au bout de leurs vies »). La voix éraillée et chaude de PAUL PERSONNE rehausse la puissance émotionnelle. Bouleversé, le public exulte ! Ovation amplement méritée ! Il y aura, plus tard, un autre moment en apesanteur avec le titre « Blessures ». Tout y est, la mélodie superbe, l’interprétation poignante et le texte superbement ciselé, (« on n’enterre pas ses blessures, on vit avec, on endure »). Passage tout simplement sublime qui émeut les 600 personnes présentes. Mais dis donc Paulo, tu veux nous faire chialer ou bien ?

A noter la qualité du son, également la chaleur et la densité des lumières, le grand nombre de projecteurs traditionnels en est certainement la cause, de là à dire comment dans le titre « Avant » c’était mieux avant …

Quid des anciens morceaux que l’on connait parfois depuis des dizaines d’années ? Ils arrivent !

« Quelqu’un appelle », joué avec fougue ajouté à cette combinaison gagnante orgue/guitare dont émane une grosse énergie communicative à un public pourtant majoritairement grisonnant. On enchaîne avec « Soigner le bourdon » et bien évidement « Barjo-land » qui clôt le concert et dont l’efficacité est intacte. Ce titre fondateur du succès de PAUL PERSONNE, est présent sur un mini album de six titres de 1984. Ce vinyle que j’avais emporté et que, par une ruse machiavélique, j’ai pu faire dédicacer via un intermédiaire.

Ils reviennent pour quinze minutes supplémentaires mais indispensables. PAUL PERSONNE nous bouscule avec trois morceaux très Rock’n’Roll. Le public est électrisé par des solos de très haute facture. Franchement c’est le patron.

Il dégage une telle sérénité, même si elle est parfois empreinte de mélancolie. Il y a toujours la perspective d’un meilleur.  Avec PAUL PERSONNE et sa Gibson, il n’y a rien de trop et il ne manque rien … c’est la classe !

Sa tournée continue dans toute la France, les dates sont sur paulpersonne.com.  Retrouver toutes les photos du live ici.

// Live report : Marc Tessier

Live report

// Le(s) commentaire(s)

  • Yeyette
    le 21 novembre 2019

    Super chronique sur le concert de Paul Personne au Plan, l’ambiance, c’était carrément ça ! Du grand Paul ! Merci pour ceux qui n’ont pas pu y aller cause que c’était complet. Juste toute petite erreur, pas 600 personnes… Plutôt plus de 850…
    Il y avait du monde pour Personne, bof pas terrible le jeu de mots.. Mieux vaut lire l’article, bien meilleur !

// Laissez un commentaire

Nom ou Pseudo (*)

Email (*) Ne sera pas publié

Votre Commentaire (*)

Je calcule parce que ne suis pas un robot :