Mamusicale

//Paris est TÊTU, un festival haut en couleur

Live Report | 3 octobre 2019

De l’amour, du rire, de l’émotion… Le Paris est TÊTU Festival ne se résume pas qu’à la musique.

Pour cette première édition, qui se déroulait les 21 et 22 septembre, l’espace Jockey Disque à l’Hippodrome d’Auteuil ouvrait ses portes, pour célébrer des valeurs communes de tolérance et de diversité. Et pour cela, quoi de mieux que d’inviter des performers qui font bouger les lignes ?

Sur place, une session découverte des lieux s’impose. Force est de constater qu’autour de la scène principale, la décoration des espaces a été magnifiquement pensée pour l’occasion. De la scène jusqu’à l’aménagement extérieur, cet écrin magique favorise notamment la réflexion et l’échange avec des associations autour de thématiques fortes d’égalité.

A peine le temps d’aller chercher mon premier cocktail fruité que j’entends déjà les premières mélodies pop de Voyou et sa troupe. Ce nouveau visage de la pop française nous offre un tête à tête revigorant de musique acidulée et entame le concert par Papillon, morceau tiré de son premier album “Les bruits de la ville”. Un hymne qui célèbre l’amour et les derniers rayons chauds de cette fin d’été. Une énergie qui fait décoller les pieds du sol et invite à la danse…

Le Festival nous propose un alléchant mélange de pop romantique française : un icône LGBT Kiddy Smile, le duo The Pirouettes ou Arnaud Rebotini, la sulfureuse Alice et Moi, et l’incroyable Corine. Des clubs house à la scène voguing, la musique est une arme qui soutient les combats et notamment celui du mouvement LGBT+.

Suite des festivités avec Malik Djoudi, le king de la pop mélancolique aux mélodies addictives dont lui seul connaît les secrets….Un concert qui se poursuit à mesure que le soleil disparaît, pour laisser place aux jolis néons extérieurs. Avant d’entendre les rythmes électriques de l’ex Scissor Sisters, Jake Shears, c’est le moment de faire un break musical autour des food-trucks. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il y a du choix…Du Burger maison au Bun de soja, il y en a pour tous les goûts ! Au loin, on peut déjà entendre le tube I don’t feel like dancin du groupe Américain qui se déhanche déjà sur la scène avec ses talons hauts. 

La nuit est déjà tombée et le groupe Hyphen Hyphen vient clôturer leur tournée sur la scène du Têtu Festival, devant un public qui en redemande. Quelle énergie ! S’enchaîne ensuite la DJ productrice de techno parisienne Chloé, suivie par Scratch Massive.

Je me rappellerai de ce festival, pour sa programmation pop, le message fort que véhicule l’événement, la décoration rétro/disco, l’ambiance très festive, les déguisements à paillettes, l’organisation ainsi que la tentative de consommation locale et de promotion de la gastronomie française. Merci à Jockey Disque et à l’Hippodrome d’Auteuil pour nous avoir ouvert les portes de cette première édition prometteuse du Festival Paris Est TÊTU. A l’année prochaine !

“Du Tê et du Tu, ils sont venus, ils ont vu, ils ont vaincu” Philippe Katerine, parrain de cette première édition du Paris est Têtu Festival

Crédit photo :Clément Beny

// Live report : Alice Mazières

Chronique album / Live report / Interviews

// Laissez un commentaire

Nom ou Pseudo (*)

Email (*) Ne sera pas publié

Votre Commentaire (*)

Je calcule parce que ne suis pas un robot :