Mamusicale

//LES GRANDS PRIX SACEM 2019 A PLEYEL

Live Report | 9 décembre 2019

En cette fin d’année 2019, la SACEM honore les artistes et ceux qui travaillent dans l’ombre. Les Grands Prix SACEM c’est aussi reconnaître que seul, nous ne sommes pas grand-chose. Ce lundi 2 décembre, le monde de la musique s’est donné rendez-vous dans l’une des plus belles salles parisiennes, Pleyel.

La cérémonie commence par l’arrivée spectaculaire de Bérengère Krief en maîtresse de cérémonie. Un rôle difficile à tenir avec pour ligne jaune l’humour….mais faut-il encore que le public ait envie de rire. Bérengère descend du plafond de la salle suspendue à un anneau sur un titre  de Lady Gaga.

Comme l’année dernière, la chorale de Bondy ouvre la cérémonie, accompagnée par leur chef de cœur Gilbert Oget, du pianiste Serge  Perayhoner, du batteur Claude Salmiéri et de Philippe  Chayeb à la contrebasse. Un hommage en musique est rendu à ceux et celles qui nous ont quittés en 2019 : Marie Laforêt, Nilda Fernandez, Dick Rivers, Anne Vanderlove, Mick Micheyl et Taxi Girl.

Après ce moment de pensées collectives, Bérengère Krief met toute son énergie pour détendre l’atmosphère mais c’est compliqué, la salle reste presque silencieuse.

Je retiendrai quelques beaux moments de partage entre le public et les artistes comme celui avec Ben Mazué qui reçoit le prix Francis Lemarque de la révélation. Ben précise avec humour et finesse ne pas connaitre le nom de Francis Lemarque avant de recevoir ce prix. Oxmo Puccino quant à lui reçoit le grand prix des musiques urbaines, Oxmo c’est la force tranquille, qui fait résonner les mots comme peu de monde. Une sacrée référence dans le milieu du rap français.

Le seul artiste qui a eu droit à une standing ovation, c’est monsieur Alain Souchon pour le prix spécial de la Sacem. Il indique avec simplicité être rentré à la Sacem en 1968 avec un entretien d’embauche (rire), et oui c’était comme ça à l’époque …

J’ai regardé et écouté avec attention les autres remises de prix mais je vous avoue que parfois c’était très loin de ma sensibilité musicale et je me suis perdu dans mes pensées. La cérémonie se clôture par la remise du prix Rolf Marbot de la chanson de l’année avec l’excellente Clara Luciani pour « La Grenade ». C’est une ascension fulgurante pour cette jeune artiste qui est en train de réussir son pari.

Après une vingtaine de changements de plateau, bravo à tous les techniciens, Bérengère tend le micro à  Jean Noël Tronc, directeur général de la Sacem, pour un dernier mot de conclusion.

Je quitte la salle en me disant qu’il en faut du talent et des compétences pour s’exprimer dans la musique et faire de belles choses. La musique est avant tout un moyen de partage, d’expression pour faire naître de beaux projets.

Découvrez le palmarès des Grands Prix Sacem 2019 sur sacem.fr           Crédit photo : Nicolas Krief

// Live report : Yann Chesneau

Chef de publication & chroniqueur Albums / Interviews / Live report

// Le(s) commentaire(s)

  • waneles
    le 10 décembre 2019

    Vraiment ? Où sont les talents tels que Ko ko mo, Lady Liberty, Last Train, Eiffel… ?
    Souchon, le prix Sacem ? Tous les ans la Sacem file un blé monstre à ce type – Voulzy etc depuis des années !!! – Clara Luciani ? C’est fade, sans saveur. Vu et revu. En attendant, les petits jeunes bourrés de talents, la nouvelle scène d’auteurs-compositeurs, mériteraient une attention vive de la part de ces soit-disant “pro”. Ce pays regorge de perle mais le grand public s’en fout.

// Laissez un commentaire

Nom ou Pseudo (*)

Email (*) Ne sera pas publié

Votre Commentaire (*)

Je calcule parce que ne suis pas un robot :