Mamusicale

//Léonie emmène la Maroquinerie faire une virée sur la plage

Live Report, Pop | 23 décembre 2019

Ce mardi 10 décembre, malgré les grèves, Léonie nous avait donné rendez-vous à La Maroquinerie pour leur tout premier concert Parisien. Le public était bien au rendez-vous, certains ayant même traversé la France pour ne pas rater ce moment.

A 20h50, lorsque les lumières s’éteignent, les premiers cris retentissent. Alban, Fred et Marc font leur entrée sur scène, sous les applaudissements et les encouragements du public. Le concert débute sur les notes de « Décidé » et le public est bien décidé, lui aussi, à profiter au maximum de cette soirée. Dès la fin de la première chanson, Léonie prend le temps de remercier la foule et annonce « est-ce que vous voulez partir avec nous ? ». Personne n’aurait refusé une telle proposition… Alors « On s’en va », avec Léonie pour une jolie ballade musicale où l’on découvre Marc à la trompette. Le public suit, chantant, dansant avec plus ou moins d’entrain. On sent les premiers fans déjà dans le bain. « Je sais que certains nous suivent depuis longtemps, au bord de la mer aux Sables d’Olonne ».

S’en suit une vague d’entrain générale, d’un public tout droit venu de la côte Atlantique pour soutenir leurs protégés. « Fanny » sait ravir le public des débuts, chanson très poétique avec Fred au violon qui nous demande de reprendre le refrain avec lui. Il n’en fallut pas plus pour que toute la salle soit impliquée et s’en prête à cœur joie, connaissant la ritournelle par cœur. Les voix de la foule se rejoignent et raisonnent à capella pour la fin de la chanson, donnant presque un air de rappel à la troisième chanson du set.

Avant que le quatrième titre ne démarre, on aperçoit Alban s’éclipser, laissant la scène aux deux frères, pour interpréter « Toujours Ensemble ». Le décor prend alors tout son sens : 3 vieux écrans de télévision sur lesquels défilent des images d’eux d’abord enfants, grandissants au fur et à mesure de la chanson. Le temps d’un morceau, la Maroquinerie est invitée dans l’intimité de la fratrie. Avec Fred au violon et Marc à la guitare, on souhaiterai prolonger ce moment suspendu. L’émotion gagne les deux frère… et le public aussi. Une longue étreinte accompagne la fin de la chanson, suivi de larmes et de remerciements. Difficile de passer à la chanson suivante après un tel moment d’émotion. 2 chansons, 2 ambiances.

Mais lorsqu’Alban rejoint la scène et qu’ils enchaînent avec « tappé dans l’œil », on retrouve cette légèreté et cet esprit de fête qu’on aime tant chez eux.

Après s’être confié, Léonie demande au public de faire de même : « Levez la main ceux qui sont fidèles en couple. Ce morceau est pour tous ceux qui n’ont pas levé la main ». Nous ne sommes pas étonnés lorsqu’on découvre que le morceau suivant s’intitule « Désolé », qui semble déjà bien connu par la foule ! Puis, on a droit à leur titre « Plage » en avance car « C’est le prochain single qui sortira lundi » indique Léonie. Et il ne déroge pas à la règle : le public retient très vite le refrain qui résonne dans la salle… Single validé ! C’est ensuite au tour de « L’inconnu » de prendre le relais.

Le set monte doucement en puissance, à mesure que le public s’échauffe. Les jeux de lumières permettent de donner une dimension encore plus énergique à ce titre, qui ne laisse personne de glace. « On est très émus de vous voir si nombreux. On sait que c’était le bordel. On était en stress toute la journée… » avouent-t-ils, « Il reste quelques morceaux, on va vous demander d’y mettre un maximum d’énergie ! A 3, vous allez jumper le plus haut possible ».Tout le monde joue le jeu, retournant totalement la Maroquinerie. Au tout de Marc de totalement lâcher prise sur le titre suivant, « Avant de se revoir », accompagné par Fred au piano et Alban, sensationnel, derrière sa batterie.

S’en suit le morceau que beaucoup attendait, le « porte bonheur » qui a permis à Léonie de se faire une place sur les ondes. Le public est bouillant, si bien que la chorale générale surpasse les voix de Fred et Marc sur « Voulez-vous ». Les applaudissement et les cris qui s’en suivent sont assourdissants. « C’est n’importe quoi ce soir », souligne Fred. L’ambiance reste à son climax pendant « Si tu me dis », laissant au public toute la liberté de danser et de chanter.

Le morceau suivant est « Une dédicace à nos poto » déclarent-t-ils, avec un grand sourire. Le décor vient une nouvelle fois appuyer leurs propos, avec des vidéos souvenirs de Léonie et leurs amis en soirée. On ne tarde pas à repérer les concernés dans la salle, qui sont eux aussi heureux de se remémorer ces moments. Alors qu’on sent que l’atmosphère générale est détendue, presque familiale, on aperçoit Alban faire des percussions avec des bouteilles d’eau… Nouvelle méthode de génie ? En tout cas, il n’en faut pas plus déclencher un fou rire général. Tout le monde se lâche ce soir ! Et ce n’est non pas sans déception qu’on voit les trois compères quitter la scène. Mais il suffit à peine d’une minute pour que Fred et Marc regagnent leurs places, sous un tonnerre d’applaudissements. « Cette chanson parle du fait qu’on n’a jamais le temps de rien à part de ne rien faire ». Sur ce morceau, c’est Fred qui s’essaye à la trompette, demandant au public d’être indulgent… Mais il est bien difficile de se retenir de rire ! Cependant, le public l’encourage, scandant « FREDO » et celui-ci finit tant bien que mal la chanson. Il est vrai que ce solo ne restera pas dans les annales de par sa qualité mais au moins l’intention y était et on retiendra surtout un chouette moment partagé avec le public.

Alban rejoint une nouvelle fois la scène, ovationné et acclamé par la foule. Une belle récompense pour celui tapi dans l’ombre de sa batterie, qu’il ne faut pas oublier. Puis vient l’heure du dernier morceau : « Ici et Maintenant ». La dernière occasion de profiter de ce concert et de se forger des souvenirs. Cette soirée restera dans toutes les mémoires, celles de Léonie pour sûr mais également de chaque personne présente, ayant assisté à un concert très personnel et intimiste, de par des moments riches en émotions comme sur « Toujours ensemble », des moments de total lâcher prise avec « L’inconnu » ou encore des moments inoubliablements drôles pendant « Jamais le temps ». La magie a opéré ce soir à Paris. Un grand bravo à Léonie et au public, ayant rendu cette soirée unique.

Et si jamais Paris te monte à la tête, n’hésite pas à te faire une virée sur la plage grâce au dernier single « Plage » de Léonie sorti le 16 décembre. Retrouvez toute l’actu du groupe sur Facebook  Instagram  Youtube

Crédit photo : awmbre

// Live report : Laurine Bocq

Chronique album / Live report

// Laissez un commentaire

Nom ou Pseudo (*)

Email (*) Ne sera pas publié

Votre Commentaire (*)

Je calcule parce que ne suis pas un robot :