Mamusicale

//Le défi RAP de Chorus 2019

Live Report | 30 avril 2019

DC92/ SGO

La saison des festivals 2019 débute pour moi sur la  petite île Séguin pour la 31éme Edition du Chorus Festival.  Grande fan de Rap, Hip-Hop, ce soir c’est ma soirée. Au programme de cette dernière soirée : MAES, YOUSSOUPHA, 2fingz (Doums & Népal) SCH et bien d’autres….

Nous sommes le 7 avril, il est 16h,  j’arrive pile poil pour le lancement de cette journée, je récupère mon pass toute impatiente et je me faufile dans l’entrée Media. Je découvre enfin la Seine Musicale, je dépose mon manteau, prends une boisson et c’est parti : que la fête COMMENCE !!! Petit tour du proprio, programme à la main, je repère toutes les salles, histoire de ne pas perdre de temps surtout que tous les concerts s’enchaînent.

Pas le temps de niaiser, direction le Parvis, la première montée sur scène se fait avec le rappeur Maes de Sevran, invité de dernière minute à la programmation du festival. L’artiste réchauffe la scène du parvis, le jeune public se balance au son de  « Mula » ou encore « Billets verts » malgré le froid de la tombée de la nuit la foule est au rendez-vous.

Je me dirige vers la grande Seine pour rejoindre l’emblématique  Youssoupha, un des padrés du rap français, qui nous présente son 5ème album « Polaroïd »  et nous fait naviguer sur  des morceaux plus anciens tels que « grand Paris » avec un retournement de salle incroyable ! Magnifique ouverture de set avec l’intro d’Otis Redding  « A Change Is Gonna Come », l’hymne de la lutte des Noirs américains de Sam Cook. Le Prims Parolier déborde d’énergie, nous fait danser sur un fond congolais avec le morceau » Niama Na yo » et nous émeut avec le titre «  Par amour ».  Youss nous offre un concert plein d’amour et de nostalgie, ces sons ont bercé mon enfance. C’est un immense bonheur de chanter en chœur ses refrains en direct. Quelques échanges sur Instagram avec ce grand artiste m’ont d’autant plus honoré.

En chemin en direction du concert de 2fingz, je croise un curieux attroupement. Je décide de m’approcher et je découvre un groupe de jeunes poètes qui propose de composer  sur le vif un poème sur mesure. Un des jeunes m’offre sa dernière compo fraîchement sortie d’une ancienne machine à écrire, je suis sous le charme de ces artistes. Ce poème reste un souvenir du chorus. Vous  pouvez retrouver leurs publications et poèmes live sur leur site toutycroit.com

Petit cadeau en main, je rejoins la salle très intimiste du club Tutti, pour le  gros duo  2Fingz d’un côté, nous avons  Doums, membre de L’Entourage qui a sorti son album « Pilote » en 2017, et de l’autre côté, le secret le mieux gardé du  collectif  « 75e session » : Monsieur Népal aka KLM. Le club se  remplit très rapidement. Avant que le show ne commence, j’en profite pour aller à la rencontre d’un groupe de cinq filles venues tout droit de Corrèze. L’impatience est palpable. Quand tout d’un coup on entend résonner dans tout le club Tutti, l’instrumental de « One Punch Man ». Suivi des cris du groupe de filles en furie, je les observe et je me dis que c’est ça la vraie liberté, le vrai bonheur. En un seul regard elles m’ont transmis leur euphorie, les concerts c’est vraiment MAGIQUE ! Doums n’hésite pas à descendre de scène pour rejoindre le public comme à son habitude lors des concerts avec le Screw. Népal toujours aussi mystérieux, cagoulé, enchaîne le set  en solo avec « Babylone ». Le concert est animé par les clips en vidéo projection, s’inspirant des jeux vidéos, toujours aussi fous et recherchés,. Autre surprise, Doums nous lâche en exclusivité le morceau solaire et ultra entraînant  « Notting Hill » présent dans l’album de Dj Elite.

Je suis aux anges mais ce n’est pas fini. En route pour mon dernier concert, the last but not the least ! J’approche et c’est déjà la folie.

J’assiste pour la première fois, à une performance d’SCH et je peux vous dire que je n’ai pas été déçue face au Baron noir. SCH, c’est trois albums dont le dernier intitulé « JVLIVS » certifié disque d’or en moins d’un mois. Comment vous dire que je suis impressionnée quand je le vois arriver toujours avec son brin de vanité, qui fait de lui un personnage charismatique. Trap énervé à la voix grave et vocodeur sans oublier sa plume  bien aiguisée. Quand vient « Dix-Neuf », je m’enjaille comme une folle en hommage à ma meilleure amie (Kenza), qui m’a fait découvrir mon premier coup de cœur d’SCH. Visiblement, je ne suis pas la seule à avoir eu un coup de cœur pour ce morceau.

La grande scène est en feu total, je perds tous repères quand  je vois débouler PLK pour « Hier » morceau en featuring avec SCH, c’était une magnifique surprise tout comme ce morceau.

Un concert de SCH c’est forcément « Mathafack » : des chemises et tee-shirt  déchirés, des bouteilles qui volent. Un jeune me demande si je n’ai pas trouvé un trousseau de clefs au sol, on se met à chercher. Mais impossible, les gens se jettent les uns sur les autres, c’est du délire. Il y a une énergie indescriptible, mon dernier concert pour la soirée m’a achevé. Mais qu’est-ce que c’était BON.

Un autre temps fort de ma soirée vient au moment de quitter le festival, je tombe nez à nez sur une camionnette  super animée. J’ai laissé ma curiosité parler et décidé de retarder mon départ pour découvrir ce stand. La curiosité n’est pas forcément un vilain défaut pour preuve je m’apprête à réaliser un de mes rêves. Me retrouver derrière des platines. Je discute avec la personne en charge du stand qui m’explique le concept du Camion Scratch et me propose un mini cours d’initiation au métier de tourneur de disques. Je demande toute excitée si je peux essayer. Et c’est parti, je crée mon profil d’artiste sur la tablette via le site web camionscratch.com. Formalisation terminée, je me retrouve derrière les platines, moment intense et magique. Le temps de quelques minutes je me transforme en Grandmaster Flash (on a pas le même level what else ? )

J’invite tous les grands curieux et/ou audacieux  à la recherche d’une expérience de dingue, de venir s’essayer aux platines du camion Scratch présent sur la plupart des festivals cette année. Alors un conseil, n’hésitez pas à suivre son actu surcamionscratchmedia.com

Bravo Chorus,  défi relevé ! Belle réussite pour ce festival, qui sans problème a réussi à faire cohabiter de l’électro, du rock et du hip-hop pour le plus grand bonheur de tous. Rendez-vous l’année prochaine pour une nouvelle session.

// Live report : Leïla Kallouche

Chroniqueuse Live report / Albums

// Laissez un commentaire

Nom ou Pseudo (*)

Email (*) Ne sera pas publié

Votre Commentaire (*)

Je calcule parce que ne suis pas un robot :