Mamusicale

//LA POISON : EN VERT ET AVEC TOUS.

Electro / Rock, Live Report | 16 juin 2019

Le 6 juin 2019, LA POISON était à la Boule Noire (Paris), pour nous faire découvrir son premier album éponyme sortie le 26 avril.

Pour démarrer la soirée, c’est VIGOR HUGO qui s’y colle, et c’est une sacrée surprise ! Le gars est seul sur scène et il l’occupe avec une facilité et une efficacité étonnante.  Ce musicien est un groupe à lui tout seul, un électron libre. Il utilise un clavier, une grosse caisse et une caisse claire (avec les pieds), un harmonica, tape sur une cymbale avec le manche de sa guitare, sans oublier les maracas qu’il distribue aux spectateurs pour ambiancer la Boule Noire. Il parvient à faire bouger le public avec un rock teinté par les 60’s joué avec vigueur, enthousiasme et une grosse envie de se faire plaisir, un plaisir totalement communicatif. VIGOR nous revigore, il est à la fois  « L’homme qui rit » et  « Le roi s’amuse ». A revoir très vite …

 

Nous sommes donc dans de très bonnes dispositions quand LA POISON débute son set avec « Black pulses », une intro sortant d’un vieux film de SF, une rythmique mécanique et Moon aux effets de manche robotisés. Immédiatement on est scotché par cet électro-rock aux influences multiples. Avec le titre « La poison » le concept de ce power trio est limpide : «  free your mind and move your body » ajouté à des refrains super catchy comme sur « Smash your up », que beaucoup reprennent en chœur. Ajouter une prestation théâtrale imaginative, burlesque et parfois comique gérée par une Moon en véritable show woman. Le public est séduit et conquis par cette identité visuelle forte et insolite. Cette alchimie, entre dance-rock, post-punk façon B 52’s ou Devo et des envolées de guitare plus rock, est une vraie réussite. L’engouement des spectateurs le confirme.

Avec « Open your eyes », les yeux sont partout – dans les mains de Moon, sur un ballon animé par vidéo – et les nôtres sont grands ouverts pour ne rien louper. Cette chanteuse à un charisme et une aura assez exceptionnelle. Son personnage de cabaret est connecté avec le public.

« The last train », on se le prend dans le buffet ! Du gros son avec un light show hyper coloré, parfois stroboscopique  qui renforce la magie du groupe et la sensation que cette frénésie nous conduira au bout de la nuit. Le set ne faiblit jamais, l’auditoire est cerné entre riffs féroces, voix lyrique et rythmique corrosive.

Sur « 05/06/2169» les robots passent à l’attaquent et nous rappellent la froideur de la musique électronique des 80’s avant d’être réchauffée par la guitare en fusion. Il émane de LA POISON une générosité qui réussit à balayer la morosité actuelle et nous communique un optimisme euphorisant qui pourrait même nous faire envisager un avenir meilleur. Le concert se termine avec une petite perle rappelant que les rythmiques des 60’s pouvaient amener à l’hystérie, « Shake it », le public est invité à lever les mains et à se bouger sur le dancefloor : impossible de résister !

A peine sorti de scène, ils reviennent avec « Super hero », l’ambiance vire au night clubbing . Ce morceau est à l’image de LA POISON, super pro, super show et surtout super viral. Ça balance des ondes positives avec une énergie constante et profonde.

Les 3 membres, Moon au chant, David Menar à la batterie et Daniel Jamet allient une grosse expérience à l’énergie d’un jeune projet à défendre. Les bougres sont malins, tout a été pensé pour que leur musique hybride performe sur scène. LA POISON reprend  « You really got me » des Kinks à leur sauce, impossible de ne pas être inoculé par leur sérum bienfaiteur.

Pour terminer, ils invitent VIGOR à les rejoindre pour un morceau où les guitares prennent le pouvoir. Une cession de gros rock speedé.

Ce soir, pendant 1h15,  LA POISON nous a fait profiter de la vie.

Retrouvez toute l’actu du groupe sur la-poison.com . Toutes les photos du live sur loeilduspectacle.fr

// Live report : Marc Tessier

Live report

// Laissez un commentaire

Nom ou Pseudo (*)

Email (*) Ne sera pas publié

Votre Commentaire (*)

Je calcule parce que ne suis pas un robot :