Mamusicale

//OK CORAL : TOUT SAVOIR SUR LE NOUVEL EP

Interview Artistes, Pop | 30 septembre 2016

image005

 

JIM SPIEGEL  nous fait l’honneur de parler de son projet OK CORAL en toute simplicité et honnêteté. Une interview vérité.

Bonjour Jim, avant de parler du présent et du futur, j’aimerais savoir dans quel univers musical tu as grandi et d’où tu viens ?

J’ai 34 ans, je viens de Mulhouse. Ça fait à peu près 10 ans que je suis sur Paris. Je suis venu avec une sorte de diaspora alsacienne où l’on était tous musiciens, graphistes. Il était temps de partir parce que l’on avait fait vraiment le tour en Alsace. On s’est mis en colloc tous ensemble. Moi j’ai fait une école de musique pendant 2 ans. J’ai bossé aussi pour de la production musicale, j’ai travaillé aussi pour des musiques de pub, ce genre de choses. Mes influences musicales sont vraiment diverses. C’est vraiment toute la scène des années 90 qui m’a influencé au départ. Je suis vraiment un enfant de la génération NIRVANA. J’ai le souvenir d’avoir piqué à mon grand frère 3 disques quand j’étais ado. Je ne savais pas ce que c’était. Il y avait un disque de NIRVANA, de James Brown ou Maceo Parker et le groupe belge dEUS. Je me suis rendu compte que je ne pouvais me séparer de cette énergie, de cette pop et du côté soul/funk que j’adore.  

OK CORAL est un projet solo ?

C’est complètement un projet solo.

Pourtant OK CORAL fait davantage penser à un nom de groupe que d’artiste solo…

Mais je suis tellement inscrit dans cette tradition de band, j’ai toujours joué avec des groupes. Ça a toujours été ce processus démocratique long pour tout. J’ai toujours adoré jouer de la musique en groupe. Je ne vois pas la musique autrement. Mais ce qui commençait à me gêner, c’était la démocratie dans un groupe. En fait, je sais exactement ce que je veux faire, j’ai mes références, mais je ne veux pas perdre ce travail d’équipe sur scène. Aujourd’hui avec OK CORAL, j’écris la musique et les textes mais je ne me voyais pas m’annoncer en tant que JIM SPIEGEL, c’est trop moi. J’avais besoin d’être quelqu’un d’autre. C’est un peu comme Cécile Cassel qui a pris un nom de groupe Hollysiz. Mais pour moi OK CORAL c’est aussi les gens qui bossent avec moi, les graphistes, ceux qui sont sur le live etc..

image002Ce nouveau titre Deeper than love dont on peut déjà découvrir le clip,  annonce la sortie du nouvel Ep à paraître le 28 octobre. C’est un Ep plus funk, plus soul que le précédent que tu avais fait en 2014. On retrouve un spécial guest sur ce clip qui est Lisa SPADA. Pourquoi cette collaboration ?

J’essaie toujours de faire une petite thématique à chaque fois. Le premier EP est plus chargé en guitare et sonne plus pop anglaise. Je garde sur ce nouvel Ep toujours ce format pop parce que c’est ce qui me plait mais là c’est un tournant plus funky et plus soul. Concernant Lisa, elle a le même producteur que moi. Quand j’enregistrais mon 1er Ep, elle enregistrait son album. Je suis très content qu’elle ait participé à ce disque sur le titre Deeper than love. Je la connais en tant que chanteuse de Soul, je trouve qu’elle a une voix incroyable et une façon de chanter… Je « surkiff » ! Je voulais absolument qu’elle chante avec moi et en plus j’avais un titre pour elle. C’est rigolo parce qu’elle a tellement ce grain Soul que je lui ai demandé de le faire en mode pop. Je savais que ça allait rendre Soul de toute façon parce qu’elle a vraiment ça en elle (rire…). 

 As-tu des structures professionnelles qui te soutiennent ?

J’ai un management, une production (Obsidienne studio), c’est eux qui ont produit mon disque. Mais sinon, je n’ai pas de label, je m’autoproduis complètement. 

Un nouveau disque, il faut le défendre sur scène mais pas que ?

Oui, c’est sûr ! L’idée est de diffuser le futur single Back in time au maximum. On va essayer de rentrer dans quelques playlist radios. On prépare le nouveau clip aussi sur Back in time qui sortira un peu avant le 28 octobre.  On va défendre le disque sur scène, il y a déjà des choses très intéressantes en cours mais je ne peux encore rien dire.

Quelle configuration sur scène ?

Nous sommes trois. Il y a Mathieu Llopart (basse, programmation et clavier), Julien Botas (batteur) et moi, guitare/chant. 

Tu composes la musique et les textes. Quelle est la chanson que tu as composée pour OK CORAL qui te ressemble le plus ?

Je pense que c’est It’s coming to you. Son texte est une écriture spontanée. Je me suis rendu compte que je parlais à quelqu’un mais que ce quelqu’un était moi. Cette chanson décrit bien le nouvel Ep. 

Quelle musique t’excède le plus aujourd’hui ?

Tout ce qui est Ska festif, les musiques qui terminent en festif, le reggae festif, je n’en peux plus (rire…), ce côté balloche. Peut-être parce que j’ai été traumatisé par des festivals en Alsace où à chaque fois les têtes d’affiches étaient du Ska ou reggae festif.

Pourrais-tu être ton ami ?

Ah je ne crois pas, c’est très particulier ! Je sais que je serai fidèle et que je ne trahirai pas mais au jour le jour, ça serait chiant (rire…) 

Merci Jim d’avoir joué le jeu jusqu’au bout, merci pour ton honnêteté. Je te souhaite plein de bonnes choses avec OK CORAL et de l’amener aussi loin que possible. 

Merci à toi

Retrouvez OK CORAL sur Facebook

// Interview par : Yann Chesneau

Chef de publication & chroniqueur Albums / Interviews / Live report

// Laissez un commentaire

Nom ou Pseudo (*)

Email (*) Ne sera pas publié

Votre Commentaire (*)

Je calcule parce que ne suis pas un robot :