Mamusicale

//La vraie interview de Michel

Interview Artistes, Musique Urbaine | 29 septembre 2020

Michel n’est pas un Michel comme les autres. Il faut dire qu’il occupe aujourd’hui une place tonitruante dans le rap game, avec des feats prestigieux et son nouvel EP « Le Vrai Michel 2 » fraîchement sorti, au flow reconnaissable entre mille. Mêlant introspection et auto-dérision, à la croisée du rap et de la deep house, il a su se créer un véritable écosystème dans lequel il évolue à merveille. Rencontre avec ce pince sans rire attachant rempli de talent. 

Salut Michel, tu vas bien ? Merci beaucoup de prendre le temps de répondre à mes questions !

Ça va super ! Avec plaisir, merci à toi.

Peux-tu me parler des différents thèmes que tu abordes dans ton EP ?

Il y a beaucoup de freestyles dans mon EP, mais sans vraiment de thèmes précis : il y a une chanson d’amour et une autre introspective. De façon générale, c’est beaucoup d’egotrip.

Tu l’as appelé « le vrai Michel 2 » en guise de deuxième opus de ton précédent EP « le vrai Michel » : quel lien fais-tu entre ces deux mixtapes?

C’est dans la continuité du premier. C’est un peu la suite de la recherche du vrai Michel. C’est une évolution, comme les pokémon (rires). Après ce sont des titres assez indépendants les uns des autres, ce n’est pas une série. Genre si dans quelques mois je fais « le Vrai Michel 3 », ça ne sera pas une trilogie ! C’est simplement de la recherche pour être prêt et plus précis pour un futur album.

On te connait notamment pour ta plume riche en phrases percutantes : quelle est la punchline dont tu es le plus fier ?

C’est dans « Michel en ride » du premier opus : « J’ai tout perdu avec paire d’as en main, je visais la lune je finis sur Amel Bent ». C’est pas forcément la punchline dont je suis le plus fier, mais elle me fait bien marrer (rires).

Tu as un univers qui semble très inspiré des années 90-2000, qu’est-ce que tu aimes le plus dans cette époque ?

Déjà c’est mon enfance et mon adolescence, donc c’est beaucoup de nostalgie. J’aime bien aussi la mode des années 90-2000, je parle beaucoup d’ensembles survets comme Tacchini, Diadora etc… Ça c’est mon petit pêché mignon ! J’aime bien aussi l’univers graphique en général, les posters par exemple.

Tu as des artistes qui t’ont plus inspiré que d’autres dans ces années-là ?

J’ai découvert le rap avec Snipper, Secret Connection. Puis Kery James, Orelsan,… Mes parents écoutaient beaucoup Hélène Ségara, Patrick Bruel, Eros Ramazzotti … Et ça m’a influencé malgré moi. Il y a aussi Natasha St-Pier ! C’est le premier concert que j’ai vu d’ailleurs. Mais ça je ne le dis pas beaucoup en interview (rires). J’étais un peu amoureux d’elle quand j’étais petit je crois.

Et c’est quoi le tout premier CD que tu as acheté ?

C’est « I’m blue (da ba dee) » d’Eiffel 65 !

Pour fêter la sortie de ton EP, tu as sorti un remake d’un magazine people à ton effigie où tu te mets en scène. Si tu devais te créer un magazine « groupie » sur mesure,  il y aurait qui et quoi ?

Tout dépend de qui est la star ! Tiens par exemple Hélène Ségara, c’était MA star à l’époque. Je pense que ce que j’aimerais dans ce magazine, ce serait déjà un échantillon avec son parfum, histoire d’être plus proche de la star, avec une mèche de cheveux aussi. Ça fait un peu psychopathe non ? (rires) Promis je n’en suis pas un ! Pourquoi pas une Barbie avec la tête d’Hélène Ségara et avec un micro, ça serait super drôle. Une dédicace personnelle aussi. Un œil ! (rires) Même un doigt coupé ! Non mais je rigole évidemment, on va s’arrêter là c’est trop chelou sinon.

Concernant ton nouveau clip en feat avec Vladimir Cauchemar : comment s’est passée cette première rencontre en face to face lors du tournage?

C’était particulier, parce que c’est un squelette, donc c’est super bizarre ! Personnellement je n’avais jamais vu ça auparavant. En tout cas, c’est un squelette très cool, même s’il parle pas beaucoup, pas ma langue en tout cas. Donc c’était à la fois surprenant et agréable, car on sent qu’il dégage quelque chose de gentil. D’ailleurs tu verras dans le clip je fais une petite danse sympa tu vas kiffer !

T’écoutes quoi en ce moment ?

J’aime beaucoup Limsa Daulnay, c’est un rappeur d’Aulnay-sous-Bois justement, et aussi  Zed Yun Pavarotti. Dans mes artistes du moment, j’écoute le dernier album de Julien Doré, et celui de Yelle qui est sorti il n’y a pas longtemps!

C’est quoi ta paire de sneakers préférée ?

J’aime bien les Requin, mais je dirai les Air max, car j’ai écrit une chanson dessus quand même ! Les airmax classiques donc. Très passe-partout.

C’est quoi ton film préféré ?

C’est « C’est arrivé près de chez vous » avec Benoît Poelevoorde ! Il est incroyable, je suis fan de ce gars.

Vu que tu viens du nord, quel est ton mot/ expression chtie préférée, qui te représente le plus ?

J’aime bien « El baraque ». En mode « tu vas à el baraque ce week-end ? » (rires) Ça me fait délirer. En plus il y a le mot « baraque à frites » etc..

Tu peux me parler de tes prochaines actus ?

Déjà il y a le clip avec Vladimir Cauchemar qui vient de sortir. Et puis il y a eu le Printemps de Bourges que j’ai fait. Je pense qu’on va ensuite sortir d’autres clips, et commencer à bosser pour mon prochain projet. Le tout en attendant des prochaines dates de concert, en espérant ne pas attendre trop longtemps…

Merci Michel pour ce beau moment !

Retrouvez son clip « Ta vie » en feat avec Vladimir Cauchemar sur YouTube, ainsi que son EP « Le Vrai Michel 2 » disponible sur toutes les plateformes de téléchargement. Suivez toute son actualité sur Instagram, Facebook et Twitter.

// Interview par : Marie Lecocq Pentel

Chroniqueuse album / Live report / Interviews

// Laissez un commentaire

Nom ou Pseudo (*)

Email (*) Ne sera pas publié

Votre Commentaire (*)

Je calcule parce que ne suis pas un robot :