Mamusicale

//K I Z, qui se cache derrière ces 3 lettres ?

Electro / Rock, Interview Artistes, Pop | 21 septembre 2016

kiz-presse-6

crédit photo : Jim Rosemberg

 

Le MaMA Festival met en avant pour sa 7 ème édition de nombreux talents émergents. Mamusicale a été séduit par le duo parisien KIZ. Nous n’avons pas pu résister à l’idée de mieux les connaître.

Bonjour à tous les deux,

Salut

KIZ, trois lettres qui sont apparues de quelle manière ?

Alice : On a voulu mettre en valeur l’image du duo. Avoir deux consonnes qui soient assez fortes, avec le « i » qui est un peu la barre, ça reflète la symétrie ;  côté visuel, c’est graphique et ça se retient facilement.

KIZ est-il votre premier projet musical ?

Marc : On avait d’autres projets avant, mais on était plus accompagnants musiciens.

Alice : KIZ est le premier projet dans lequel nous avons un investissement total. Des compositions que l’on mène aussi loin, c’est le premier projet.

Comment définissez-vous votre univers musical ?

Marc : C’est électro/pop et on peut rajouter acoustique, car on utilise des bruits de tous les jours que l’on sample. Par exemple, un verre que l’on pose sur la table, on aime bien, on va le sampler dans notre musique.

Alice : Tout l’aspect rythmique chez KIZ, que ça soit en live ou en studio a été fait à partir de bruit. Ce ne sont pas des sons de batterie ni de batterie électronique.

Marc : Ce n’est pas un concept auquel on s’attache particulièrement. Ce n’est pas non plus expérimental, c’est vraiment une histoire de goût.

Alice : A force de travailler de cette façon, on s’est rendu compte qu’il n’y avait plus aucun son de batterie qui nous intéressait. On entend quelque chose, on a envie de le faire et maintenant on sait quel objet va nous le donner.

Vous êtes très sensibles à l’image donnée par KIZ, vous soignez les visuels, les clips, le côté artistique va bien plus loin que la musique….

Marc : Au début on était vraiment que tous les deux, on a voulu faire des vidéos sur YouTube pour se faire connaitre. On y a vraiment pris goût ! Et on s’y est vraiment intéressé. C’est vrai que les clips c’est un art un peu différent.

Alice : Dans la conception du groupe maintenant, c’est quelque chose que l’on est obligé d’intégrer, qui vient automatiquement quand on compose ou quand on voit une image. Tout ça est intimement lié.

 

kiz-presse-10Côté textes, vous défendez la langue de Molière……

Marc : En fait, on ne s’est pas posé la question pour écrire. On aime la langue française et jouer avec les jeux de mots.

Alice : En anglais, on ne connait pas assez la langue pour donner des sonorités, des assonances. En français, c’est plus immédiat pour nous.

KIZ est un duo à la base, quels sont les avantages de travailler à deux sur vos compositions ?

Marc : Il y a du coup deux univers qui se mélangent. Ça fait une réaction chimique assez intéressante. De temps en temps, c’est explosif (rire…)

Alice : On sait ce que l’on veut et on veut la même chose. On n’a pas trop de difficulté à se mettre d’accord.

Marc : On a la chance d’être sur la même longueur d’onde. Si l’un de nous deux a un doute sur quelque chose, l’autre va tout de suite trouver la réponse et vice versa.

31 concerts sur juillet et août, un  véritable marathon. Qu’est-ce qui vous plaît le plus quand vous enchaînez les dates ?

Marc : C’est avant tout le côté « génial » de pouvoir faire de la musique tous les jours. Faire des concerts, on adore ça. Et en plus ça rapporte énormément d’argent, c’est vraiment bien.

Alice (Rire…)

Marc : Moi, je suis très vénal (rire…)

Alice : L’autre point, c’est le fait de jouer tous les deux jours. Tout est remis en jeu chaque soir. Ce n’est pas le même public, ce n’est pas la même région, ce n’est pas le même lieu. C’est comme si on remontait sur scène et que tout était remis en jeu. Il faut donner le maximum à chaque fois.

Marc : On se filme à chaque concert et après on débriefe avec les deux autres musiciens. Tout l’été, on a pu tester des choses. Au final, le concert que l’on a fait début juillet est très différent de celui fait le 18 août.

 

128 artistes programmés …Vous êtes programmés sur le Mama Festival le 13 octobre à la Boule Noire…. Vous pouvez nous en parler un peu ?

Alice : On a fait le Mama l’année dernière, avec un show case devant des pros au FG Barbara. Et cela nous avait amené des retours positifs. C’est une super initiative. Aujourd’hui, on aborde notre concert d’une manière beaucoup plus globale. On peut avoir des contacts concrets avec des programmateurs. C’est vraiment intéressant pour nous, d’avoir cette possibilité de se faire connaitre aussi auprès du milieu de la musique.

Le titre Voyelle vient de sortir avec une mise en scène sur le clip très rigolote (ou encore le clip déshabillez-moi).Vous aimez un peu vous lâcher, vous libérer, ne pas vous prendre au sérieux … car souvent dans la pop l’image visuelle est plus lisse mais visiblement ce n’est pas votre vision…

Marc : Pour Voyelle, on s’est dit que c’était vraiment le morceau où l’on peut se faire plaisir et on n’en fera jamais trop.

Alice : C’est sûr que sur ce clip tout est permis ; on ne se met pas de barrière mais pour ce qui est de se lâcher…

Parce que chanter en peignoir dans la baignoire, si ce n’est pas se lâcher….

Alice : oui, c’est sûr (rire…) mais après on fait beaucoup de choses sur scène.

Parce que tu es aussi en peignoir sur scène ?

Alice : Euh !!!! (rire…)

Marc : Et bien ! Tu verras à la Boule Noire (rire…), moi je ne suis pas au courant!

Et donc sur le clip il y a aussi deux musiciens qui apparaissent à vos côtés. Qui sont-ils ?

Marc : Il y a Florent et David.  C’est la  première fois qu’on les voit sur un clip d’ailleurs. Ils ont dit ok pour faire tout ça mais uniquement avec des lunettes (rire…).

On a un batteur, David, qui n’a pas de batterie conventionnelle. Il joue debout avec des pads. On est tous les quatre en ligne sur scène.

Alice : Et Florent joue uniquement avec des mini instruments, des mini basses, mini synthés, mini contrebasse.

Quelle est votre actualité dans les prochains mois ?

Alice : Actuellement, on termine les arrangements des nouveaux morceaux. On va bientôt passer en studio pour enregistrer l’album qui devrait sortir début 2017. On va préparer aussi un nouveau clip et le live avec les nouveaux titres.

Merci à tous les deux de nous avoir inondés de votre bonne humeur communicative. Un vrai plaisir de vous avoir rencontrés. On se retrouve sur le Mama Festival le 13 octobre pour votre live à la Boule Noire.

Merci à toi

MaMa festival.com   kizmusique.com

// Interview par : Yann Chesneau

Chef de publication & chroniqueur Albums / Interviews / Live report

// Laissez un commentaire

Nom ou Pseudo (*)

Email (*) Ne sera pas publié

Votre Commentaire (*)

Je calcule parce que ne suis pas un robot :