Mamusicale

//Interview Marie-Flore. On se délecte de son « braquage »

Interview Artistes, Pop | 29 octobre 2019

Rendez-vous avec une artiste qui n’a pas fini de faire parler d’elle, pour notre plus grand plaisir.  Mamusicale a eu la chance de la rencontrer pour la sortie de son nouvel album « Braquage ».

 

Pourrais-tu nous parler en quelques lignes de ton parcours jusqu’à aujourd’hui ?

J’ai commencé la musique il y a 10 à peu près. J’ai sorti un 1er disque en 2014 en anglais qui s’appelle « By The Dozen », chez Naïve, dans une veine un peu folk. 2 ans plus tard j’ai commencé à écrire mes premières chansons en français. J’ai sorti un EP en 2017, et me voilà aujourd’hui avec mon album « braquage » qui est sorti le 18 octobre.

Quel style de musique écoutais-tu à l’adolescence ?

J’écoute la même chose depuis toujours. Plutôt la musique des années 60, comme Léonard Cohen, Janis Joplin, Jimi Hendrix, les Beatles, Les Beach Boys, et toute cette veine-là. Mais aussi beaucoup de garage rock.

Comment se passent les compositions, comment arrives-tu à retranscrire tout ce qui te passe par la tête ?

Ça arrive toujours par une première phrase et très rarement par la musique. J’ai une image que je note et le soir j’y reviens, et seulement là je commence à broder la musique autour, à développer les couplets et les refrains. C’est toujours par le texte qu’arrive la musique.

Ton 1er album était en anglais et cet album « braquage » est en français. Penses-tu avoir atteint une plus grande maturité pour te lancer dans ta langue natale ?

Pendant longtemps j’ai eu un manque de curiosité pour la langue française. Du coup je bossais beaucoup en anglais, aussi parce que c’était ma culture musicale. On m’a conseillée un jour d’écrire en français, ce que j’ai fait. Curieusement c’est venu assez naturellement. A la base je ne pensais pas forcément que ça allait me plaire car j’avais beaucoup d’a priori, et peut-être aussi une certaine appréhension de trouver ma patte. Mais très vite ça m’a amusé car c’était nouveau pour moi et ça me permettait de sortir de ma zone de confort dans laquelle j’étais depuis 8 ans. J’ai découvert un nouveau plaisir, c’était comme un nouveau jouet.

Tu as composé ton 1er album à la guitare, celui-ci au piano, avec quel instrument te sens-tu le plus à l’aise ?

La guitare est quand même mon instrument de prédilection. Je n’ai pas vocation à devenir grande technicienne ou grande musicienne au piano, mais ça me permet de trouver les mélodies, les accords et faire mes arpèges. Mais la guitare reste mon 1er amour.

Tu bosses plutôt la nuit, un peu comme le chanteur Christophe ?

Pour ce qui est de l’écriture et de la création en effet je travaille plutôt la nuit. J’arrive rarement à créer la journée. Après, pour ce qui est production, arrangements, il vaut mieux avoir les yeux en face des trous, donc je le fais le matin ou la journée.

Cet album, « braquage » est sorti le 18 octobre, comment est venu le choix de ce titre ?

C’est une des premières chansons que j’ai écrite pour le disque et c’est très vite devenu une évidence, car ça résumait extrêmement bien le propos du disque. J’ai eu un coup de cœur pour la résonance du mot.

Quelles sont les personnes qui t’accompagnent pour cet album ?

Sur la production, j’ai eu plusieurs équipes. J’ai initié mes premières démos avec Robin Leduc, qui était aussi à la réalisation des albums anglais. Ensuite j’ai changé d’équipe et j’ai été avec Antoine Gaillet à la réalisation qui a bossé avec M83, Julien Doré. J’ai bossé aussi avec Omoh et Pierre-Laurent Faure. Le disque s’est fait avec Antoine, Omoh et Pierre-Laurent. On a bossé 1 an tous les 4. C’était super intéressant car j’ai pu expérimenter une nouvelle forme de travail, avec beaucoup de respect et de fraîcheur. Ils ont tout de suite compris où je voulais en venir avec  tous les titres. Du coup c’était super efficace.

Ce disque parle essentiellement d’amour. Cela a-t-il eu un effet thérapeutique sur toi, est-ce que tu vas mieux aujourd’hui ?

(rires) Oui et non. Sur le moment j’ai eu besoin d’écrire tout ça. Je crois qu’il est un peu trop tôt puisque je suis encore en plein dedans avec la promotion. Et ce sont des chansons que je chante régulièrement. On verra dans quelques mois.

Y a-t-il une chanson que tu affectionnes plus particulièrement dans cet album ?

C’est difficile car je les porte toutes dans mon cœur, mais je dirais « presqu’île » qui est la chanson la plus instrumentale du disque, et très cinématographique.

Dans certains morceaux tu as des paroles assez crues, t’es-tu posé la question de savoir comme ça allait être perçu ?

Je ne me suis pas du tout posé la question pendant l’écriture, par contre quand j’ai commencé à faire écouter j’ai vu quelques rictus chez certains ou des regards qui se posaient, mais à chaque fois ça été bien reçu. Je n’ai pas eu de remarques désobligeantes.

J’aime beaucoup la photo de l’album, qui en a eu l’idée ?

J’ai eu tout de suite l’image de cette pochette, bien avant que l’album soit terminé car je savais très précisément ce que je voulais. Je voulais une image forte avec un accessoire démesuré. Ce sont des bagues d’homme qui sont trop grandes, des chevalières, avec des lettres qui forment le titre de l’album.

Tu as déjà sorti 3 clips où tu apparais sur chacun d’eux, quelle est ton implication dans les visuels ?

J’ai pensé la pochette de A à Z. J’aime beaucoup travailler sur l’image, c’est quelque chose qui me passionne autant que la musique. Pour les clips c’est un peu différent car ce sont des réalisateurs qui proposent leurs idées. Par exemple pour « braquage », j’ai donné mes idées et j’ai travaillé avec mon ami Benjamin Berzeker sur ce clip. Pour le clip « tout ou rien » on m’a proposé un scénario que j’ai accepté.

Tu as fait un duo Julien avec Doré, avec quel autre artiste souhaiterais-tu collaborer ?

Un rappeur certainement, quelqu’un comme PNL par exemple, j’aimerais bien bosser avec ce genre de mec.

Tu as fait également plusieurs reprises, as-tu déjà pensé à faire un album de reprises ?

J’ai fait ces reprises car on me l’a demandé. En réalité ce n’est pas quelque chose à laquelle j’aurais forcément pensé. J’ai un rapport à la musique assez exclusif. Il faudrait un concept derrière car reprendre uniquement pour reprendre ne m’intéresse pas forcément.

Tu as travaillé quelques années dans la mode, quel bilan peux-tu en faire ?

Ça m’a beaucoup fait grandir déjà. Ça m’a demandé beaucoup de force parce que je cumulais musique et travail. Ce fut des années assez fatigantes mais très formatrices. J’y ai appris la droiture, la créativité.

Pour continuer sur le domaine de la mode, contre quoi tu échangerais-tu ton perfecto ?

Contre un gros sweet à capuche.

Si tu pouvais piquer la garde-robe de quelqu’un, ce serait qui ?

Nadia Lee Cohen, qui est une directrice artistique américaine, que j’adore et qui s’habille de manière dénudée la plupart du temps (rires), mais toujours avec des pièces très extravagantes.

Quelle est la tendance mode que tu aimes en ce moment ?

Les sweets à capuche.

Que ferais-tu si tu n’étais pas chanteuse ?

Je serais avocate probablement

Quel est ton plat préféré ?

En ce moment j’adore les empanadas

Quelle est ta boisson préférée ?

Le vin rouge

Quel livre peut-on trouver sur ta table de nuit ?

Actuellement c’est le recueil de Léonard Cohen « The flame » avec tous ses dessins, ses poèmes et ses notes.

On te propose de choisir parmi les 3 possibilités suivantes : écrire 3 chansons pour Céline Dion, écrire une comédie musicale, ou écrire une bande-son pour un film, que choisis-tu ?

Une bande-son pour un film

A qui aimerais-tu dire merde ?

Aujourd’hui, à beaucoup de gens

Et merci ?

Merci à tous les gens qui m’aident et qui m’ont aidé ces 2 dernières années, un grand merci.

Pour revenir sur l’album, quelle est ton actualité dans les semaines et les mois à venir ?

L’album vient de sortir. Je suis en concert aux Etoiles les 25 novembre, les 2 et 9 décembre. Autour de ces deux dates là, une tournée avec quelques dates, comme Bruxelles, Marseille, Nantes, Lyon, Tourcoing, et d’autres encore. Et le mois prochain sort le clip sur le titre « casse toi » qui est une ballade.

Crédit photo : AlexandreTabaste   Toutes les infos sur marie-flore.com

 

 

// Interview par : Isabelle Grand-Dufay

Interviews

// Laissez un commentaire

Nom ou Pseudo (*)

Email (*) Ne sera pas publié

Votre Commentaire (*)

Je calcule parce que ne suis pas un robot :