Mamusicale

//Interview KIZ : « Nous Deux », l’album qui parle de nous

Electro / Rock, Interview Artistes, Pop | 4 juillet 2020

Mamusicale avait rencontré Alice et Marc, du groupe KIZ, en 2017 pour la sortie de leur 1er album. Nous les retrouvons pour la sortie le 3 juillet, de leur 2ème album « Nous Deux », accompagné d’un clip sur la chanson « Alors on part ».

Qu’avez-vous préféré pendant ce confinement ?

Marc : en dehors de la gravité de la situation pour certains, j’ai beaucoup aimé le calme et la possibilité de pouvoir faire plein de choses que j’avais envie de faire sans en avoir le temps. J’ai fait des tutos, des master-classes. Ça nous a également permis de mettre un peu KIZ de côté et de revenir aux choses essentielles de notre métier, ou ressortir de vieux instruments.

Alice : on fait beaucoup de choses sur le projet, et du fait que le temps s’arrête, on est obligé de remettre les choses en place. Tous les plans s’arrêtent et on pense différemment.

Et a contrario, qu’avez-vous détesté ?

Alice : l’isolement. Je ne supporte pas d’être enfermée dans un endroit, j’ai besoin de sortir et de bouger.

Marc : j’ai surtout pensé aux gens qui souffraient et j’ai détesté ça.

Depuis votre EP en 2015 et votre 1er album en 2017, quels sont les sujets qui vous touchent et qui vous interpellent maintenant ?

Alice : sur ce 2ème album, on parle plus de nous, on se dévoile plus. On mûrit par rapport à notre place dans le monde de la musique, l’effervescence que ça engendre. On essaie de vivre les choses avec plus de recul et plus de calme.

Marc : ce ne sont pas tellement les thèmes qui ont changé mais plutôt notre façon de les aborder. Dans le 1er album, il y avait beaucoup de second degré, plus de distance, on se cachait derrière les choses par pudeur. Dans ce 2ème album, on aborde les choses frontalement et en une seule écoute, on comprend tout de suite le thème. On évoque de vrais instants, de vrais moments de doute, de joie ou de peine.

Vous avez aussi évolué dans la composition, comment se déroule la composition d’une chanson maintenant ?

Marc : avant on était très impatient, dès qu’on  avait une bride de compo, on passait directement sur l’ordinateur pour en faire l’arrangement. On compensait des lacunes de compositions par un sur-arrangement, ce qui donnait des morceaux très chargés, mais ça avait son charme aussi. Alors que sur cet album, on a poussé la guitare voix au maximum avant de passer aux arrangements.

Alice : on a poussé les mélodies. Le mot d’ordre était de faire de jolies mélodies avec des textes bien choisis. Cet album est plus évident en terme d’écoute. La voix est volontairement mise en avant pour qu’on comprenne bien le texte.

L’album sort le 3 juillet, le lendemain de ton anniversaire Marc, c’est un beau cadeau. Pourquoi avoir choisi de l’appeler « Nous Deux » qui est une des chansons de l’album, plutôt qu’un autre titre ?

Marc : c’est parce que c’est Nous, et Deux, pour le 2ème. C’est un album plus personnel qui parle de nous deux, c’était donc une évidence. C’est aussi un clin d’œil pour l’album « D’eux » de Céline Dion et Jean-Jacques Goldman car j’adore Goldman et Alice adore Céline Dion.

Pour le titre « Maladdiction », vous avez voulu vous amuser ou c’est une erreur de frappe ?

Alice : c’est le seul clin d’œil qu’on peut avoir avec le 1er album car dans le 1er album, il y avait « Maladresse code » qui était un jeu de mot entre maladresse et dresse code, et là on voulait parler des addictions, du mal et de l’addiction, ce qui donne maladdiction.

Marc : on a prévu de faire ce genre de titre dans chaque album.

Votre album est complètement en français mais pendant le confinement vous avez repris une chanson en anglais de Bob Dylan. Cela vous a-t-il donné envie de faire une ou des chansons en anglais dans le futur ?

Marc : on fait beaucoup de reprise en anglais, mais on aime trop écrire en français.

Alice : on écrit parce qu’on a des choses à dire qui se situent dans notre présent, et je ne me vois pas parler de moi dans une autre langue que ma langue maternelle, et surtout on n’est pas suffisamment bilingue pour écrire en anglais, ça n’aurait aucun intérêt.

Sur les clips de votre 1er album tout était fait maison et vous aviez mis la main à la pâte. Comment s’est passée la réalisation des deux clips «La nuit » et « Laisse-moi te dire » ?

Marc : on écrit tous nos scénarios avec une équipe qui nous accompagne. L’équipe vidéo nous apporte une aide plus technique. Pour « La nuit » c’est Cédric Leprettre qui voulait faire quelque chose dans une maquette et on est parti de là pour réaliser le clip « La nuit ».

Alice : c’est un travail d’équipe du début à la fin car il faut tout construire, comme les objets miniatures qui apparaissent dans le clip « La nuit », et ceux que l’on ne pouvait pas construire ont été achetés chez un maquettiste.

Quel artiste aimeriez-vous inviter sur scène pour chanter un titre avec vous ?

Marc : on a déjà partagé 2 fois une scène avec M et c’était vraiment top.

Alice : j’ai toujours adoré The Dø et Olivia Merilahti a fait un projet solo qui s’appelle « Prudence ». Mais je dirais que ce serait plus pour travailler avec elle en studio que partager une scène. Je dirais comme Marc, avoir M sur un de nos morceaux ce serait génial.

Justement en parlant de scène, vous allez garder la même formation pour vos prochains concerts ?

Marc : ah oui ça c’est à vie. On va changer la forme mais on ne change pas une équipe qui gagne.

Alice : c’est important d’avoir une équipe en tournée avec qui humainement ça se passe très bien, et c’est rare à trouver. On part plusieurs mois, et il ne faut pas se tromper car ça peut devenir très vite invivable. Marc et moi sommes très sensibles à ce que tout se passe bien. On se sent responsable, car c’est notre projet, donc si quelqu’un ne se sent pas bien ou fait la tête pour telle ou telle chose, ce qui arrive parfois, ça nous met une pression supplémentaire. On a choisi des gens qui nous ressemblent et qui nous apportent des choses positives. On sera toujours sur scène avec David Jeannesson et Florent Gayat.

Pendant le confinement, vous avez beaucoup partagé de live sur les réseaux sociaux, de clips fait maison, est-ce quelque chose que vous continuerez à faire ?

Alice : on l’a toujours fait mais un peu moins ces deux dernières années car on était concentré sur l’album et ça prend beaucoup de temps car le clip de « Laisse-moi te dire» a duré plusieurs mois car il y avait beaucoup d’endroits et c’est très compliqué de faire faire des choses à un mannequin, il faut des autorisations spéciales.

Marc : on aura moins le temps mais c’est quelque chose que l’on souhaite garder car on prend énormément de plaisir à le faire.

Etes-vous plutôt pique-nique ou restaurant ?

Marc et Alice (en même temps) : restaurant

Etes-vous plutôt ville ou campagne ?

Marc : ville

Alice : campagne

Etes-vous plutôt livre ou BD ?

Alice : livre

Marc : BD

Etes-vous plutôt été ou hiver ?

Alice : été

Marc : hiver, mais c’est à cause du pollen en fait

A part la musique, y a-t-il un art qui vous attire ?

Alice : ce n’est pas un art mais je suis passionnée par l’aromathérapie, la médecine douce, la relaxation. J’aime bien l’autohypnose, la méditation, ce genre de chose.

Marc : moi j’aime beaucoup travailler le bois, faire des meubles. J’ai d’ailleurs fait le washboard d’Alice et la guitare clavier de Florian, mais en général ce sont des choses décoratives.

Si vous pouviez échanger votre vie avec quelqu’un pendant un an, ce serait qui ?

Alice : je pense que ce serait une prof de yoga, juste pour voir comment c’est.

Marc : moi je dirais Thomas Pesquet (rires)

Quel est le compte Instagram que vous suivez le plus ?

Alice : moi j’aime beaucoup Norman. C’est très agréable de le suivre. Il est toujours en autodérision et ça me fait du bien.

Marc : je regarde plusieurs comptes de guitaristes mais je dirais le compte Instagram du luthier « Wild Custom Guitars » qui m’a fait la guitare grise KIZ.

La musique, comme beaucoup d’autres domaines, a beaucoup souffert de ce confinement, comment voyez-vous la musique dans les mois et les années à venir ?

Marc : c’est très bouché car il y a trois mois de sortie d’album, de concerts à reprogrammer, sachant qu’en temps normal c’est déjà très bouché. Les festivals de l’an prochain sont déjà remplis par les artistes qui étaient prévus cette année.

Alice : c’est déjà difficile de se faire une place quand on est petit, et cette période ne va pas arranger les choses, je ne parle pas uniquement pour nous, mais pour tous les artistes ou les groupes qui sont dans le même cas que nous. Les gens  seront-ils être toujours au rendez-vous si on programme des dates cet été ? Les gens vont-ils vouloir se retrouver dans une foule humaine ? C’est vraiment l’inconnu pour nous.

Quel est votre programme sur les semaines et les mois à venir ?

Marc : l’album est sorti hier avec le clip de la chanson « Alors on part ». Quant aux dates, on a les informations au fur et à mesure. On sait déjà que la tournée au Mexique qui devait avoir lieu en juin, est reprogrammée en juin 2021. On commence à avoir des dates pour cet automne, mais tout arrive au compte-goutte. Nous travaillons en étroite collaboration avec notre tourneur, avec le label X-Ray Production, et WLAB.

Merci beaucoup à vous deux.                                                      Suivez toute leur actu sur kizmusique.com

Crédit photo : Jim Rosemberg

// Interview par : Isabelle Grand-Dufay

Interviews

// Laissez un commentaire

Nom ou Pseudo (*)

Email (*) Ne sera pas publié

Votre Commentaire (*)

Je calcule parce que ne suis pas un robot :