Mamusicale

//Discussion avec Naâman : « La rébellion c’est être créateur de son système ».

Interview Artistes | 25 octobre 2020

Dans ton titre « Time Is To Rebel”, tu évoques une rébellion pacifiste. A qui s’adresse-t-elle et comment peut-elle s’effectuer ?

Cette rébellion elle s’adresse à tous les gens chez qui ça fera écho tout simplement. C’est un appel qui s’adresse à chacun afin de retrouver son propre chemin, sa cohérence personnelle. Il n’y a pas de chemin prédéfini, chacun doit être à l’écoute de soi-même. Le retour à la nature, c’est une évidence pour beaucoup mais ça peut ne pas être le chemin de tout le monde. La rébellion ce n’est pas se battre contre un système mais c’est être créateur de son système.

Elle peut se faire de plein de façons. Dans cette époque de surinformation et désinformation, ça peut être de réussir à se déconnecter des choses futiles pour se concentrer sur la seule chose vraie qui est au fond de chacun d’entre nous. Ça peut être aussi de juste faire ce qu’on aime dans la vie, d’avoir le courage de quitter une situation qui ne nous correspond pas pour se réaliser soi-même afin de traverser cette vie de façon joyeuse.

Penses-tu qu’il est important pour les artistes aujourd’hui de s’exprimer et communiquer auprès de leur public sur des thèmes sociétaux ?

On a tous le rôle qu’on veut bien se donner. C’est une richesse d’avoir des gens qui parlent de choses censées en ce moment et qui restent vrais malgré l’oppression des médiatique. Bien sûr que c’est intéressant mais ce n’est pas le chemin de tout le monde. Personnellement, je sais que j’ai des choses à dire et ça me fait plaisir de les mettre en musique et de les exprimer.

Peux-tu nous en dire un peu plus sur le tournage de ton clip. Où est-ce qu’il a été tourné et quelles sont les personnes qui apparaissent dedans ?

Ce clip a été tournée dans la magnifique région de l’Ariège. Toutes les personnes qui sont dans le clip sont des amis que j’ai rencontrés pour la plupart cet été et pour d’autres il y a quelques années. Ce sont des gens que je porte vraiment dans mon cœur et ce clip était très simple à tourner parce que j’ai juste emmené une équipe de caméraman avec la famille et je crois que cette simplicité se ressent.

Quels sont les sujets qui animent ton écriture en ce moment ? Est-ce que la crise actuelle t’inspire ?

Je ne sais pas si elle m’inspire pour écrire mais elle me stimule. Il y a des choses à dire, bien sûr, mais en même temps on a l’impression que tout a été dit mais que rien n’a été vraiment compris. L’époque nous montre plus que jamais les choses fondamentales auxquelles il faut revenir, ça commence par se reconnecter avec son intuition.

J’ai lu que ta partie préférée de ce métier est la création d’un album. Est-ce que tu te souviens de moments particulièrement forts pendant la création de tes derniers albums ?

Les moments qui peuvent m’émouvoir aux larmes c’est lorsque je travaille avec des choristes. C’est très fort pour moi de voir que, par exemple trois personnes qui sont des individus distincts peuvent en une seconde devenir une seule entité, une même énergie qui voyage ensemble. C’est vraiment merveilleux.

Après il y a d’autres grands moments, quand un musicien soudainement improvise un solo alors que ce n’était pas prévu, qu’il est sublime et finit par être gardé sur l’enregistrement, c’est ce genre de moments forts. L’enregistrement d’un album, c’est une vraie aventure parce que tout le monde y met tout ce qu’il a et c’est super intense pendant des mois mais c’est toujours magnifique.

Il y a une semaine, on fêtait les 3 ans de ton album « Beyond ». Y-a-t ’il un morceau de cet album qui t’as marqué ?

Je suis très heureux du morceau qui s’appelle Beyond justement, tout en acoustique. De par la simplicité du morceau. Parfois, il y a des morceaux qui arrivent tous seuls. Je n’ai pas l’impression d’être l’auteur de ce morceau, j’ai l’impression qu’il est tombé du ciel. Il a été écrit en peut-être 25min et c’est rare ces trucs-là, c’est toujours des moments de grâce. Il y a « Own Yourself » aussi qui est un morceau dont je suis vraiment fier parce qu’on peut dire que musicalement le morceau en lui-même est vraiment intéressant.

Que s’est-t-il passé depuis ?

Une très grande tournée dans plein de pays ! On a fait l’Afrique, la Polynésie, l’Australie, le Canada. C’était génial. Ensuite, j’ai fait une grande pause d’un an et demi au moins. J’habite en Inde 6 mois de l’année et j’étais principalement là-bas pour vivre ma vie tranquillement. Je m’apprête à y retourner prochainement si c’est possible.

Lorsque les concerts reprendront, quel est l’endroit où tu aimerais vraiment retourner jouer ?

J’aimerais jouer dans un festival en plein air avec des gens sans masque (rires) ! Voir les gens sourire, rire, pleurer, les voir vivre… C’est ce qui me manque le plus. Surtout les festivals en extérieur c’est magique. J’imagine un festival où il y a plein d’amis qui partagent la scène et qu’on se retrouve en backstage avec tous les potes du reggae français. Ça serait vraiment l’idéal !

Même si pour l’instant, rien n’est annoncé, de quoi as-tu envie pour ton prochain album ?

Je pense que j’ai envie d’un voyage musical, tout à fait relaxant, qui permettrait de faire retomber la pression. Je veux quelque chose qui me ressemble et qui soit fait avec patience et passion.

Est-ce que tu sens que ta musique a évolué depuis ton premier album ? En quoi ?

Bien sûr, la musique évolue, comme nous-même. Toute mon équipe a évolué, chacun fait son chemin dans la vie. Je pense qu’on est plus détendus. Aujourd’hui, on est plus aptes à retranscrire nos émotions. On a moins cette pression de vouloir faire quelque chose qui plait ou d’avoir cette pression de rester dans les papiers des festivals français… Aujourd’hui on est très heureux de la vie qu’on mène, de la vie qu’on a menée pendant 10 ans et peu importe ce qui arrive, on est très heureux de faire ce qu’on aime avant tout.

Quelles sont tes prochaines actualités maintenant ?

J’ai un prochain clip qui va arriver avec un ami qui s’appelle Bazil, qui est un super artiste aussi et qui devrait surement sortir dans les prochaines semaines.

Un grand merci à Naâman pour cette interview, pleine de tendresse et d’entrain. Pour suivre Naâman sur ses réseaux sociaux et se tenir au courant de ses actualité, c’est par ici naâman-official.com

// Interview par : Laurine Bocq

Chronique album / Live report

// Laissez un commentaire

Nom ou Pseudo (*)

Email (*) Ne sera pas publié

Votre Commentaire (*)

Je calcule parce que ne suis pas un robot :