Mamusicale

//SOVIET SUPREM : MARX ATTACK

Electro / Rock | 27 mars 2018

Attention ! Danger !

Le nouvel opus du Soviet Suprem, disponible depuis le 16 mars 2018 dans tous les kolkhozes accrédités, pourrait bien faire vaciller vos convictions libérales ! Après avoir chroniqué dans ces colonnes les exploits récents de la Caravane Passe, Mamusicale pensait pourtant bien avoir mérité de la patrie. C’était sans compter sur l’hyper actif Toma Feterman ! Pas vraiment partisan de la Paresse troïka !

Quatre ans après “L’Internationale”, leur premier album,  paru en 2014, le duo français Soviet Suprem, emmené par John Lénine (Toma Feterman – La Caravane Passe) et Sylvester Staline (R-WanJava)  récidive, entame une irrésistible ascension politique et présente Marx Attack, son dernier  caviar destiné à conquérir la planète et attaquer le capital a cappella (“1917″). Pas moins !

Un timing de rêve et un sans faute pour qui suit l’actualité. Entre épisode météo glacial, baptisé le “Moscou-Paris, réélection de Vladimir Poutine, assassinat récent d’un exilé russe à Londres, Coupe du Monde de Football en juin, la Russie s’impose sur la scène (de l’) internationale. La programmation de “Marx Attack” le 16 mars tient donc de l’alignement parfait des planètes ! Les plus septiques y verront doucement mais sûrement la patte de l’ex cas G B. Musicalement, ce duo d’agitateurs s’inscrit dans un style punk-rock-pop-rap-électro d’inspiration anarco-tzigane-balkanique-bolchevique et ressuscite avec humour et dérision les codes de l’ex Empire Soviétique.

C’est déjanté, explosif, exubérant et jouissif ! Pour aboutir à une belle réalisation musicale révolutionnaire et anticonformiste. Un rempart contre la culture yankee se défendent ces deux rebelles en unie forme ! Dès l’introduction, le souffle des chants traditionnels russes a cappella souffle sur vos Chapkas. Ensuite viennent les coups de cœur (de  l’Armée rouge ?).

Contraste saisissant et dynamique avec la déferlante électro “Diktator de Dancefloor“, “Post Soviet” aux accents électro pop renvoie l’auditeur vers les accents baroques d’un Klaus Nomi. Belle composition qui consacre les échanges franco-russe-allemand, Nouvel “électro” choc, avec le tubesque “Vladimir” et son refrain communicatif “. Vladimir a dit”, “Vladimir adore”, “Vladimir est un grand conquistador”. Si cet humour ne parvient pas à vous dérider, inquiétez-vous ! Vodka est mûr pour être examiné par le Conseil suprême.

Avec “Couic Couic” c’est un hommage vibrant mais tranchant rendu à la Révolution Française et à ses guillotines. Introduction typée – Golden Brown – des Stranglers, pour la “Valse Soviet”.  Au total, quinze titres qui assument leur démesure et une reprise aménagée “T’as le look Coco“, de Laroche Valmont, disque d’or en 1984 pour se conclure sur le bouquet final,  séquence émotion et hommage grave et solennel rendu aux “Héros” interprètes de l’album,  Yougo Chavez – DJ Croute Chef – Sylvester Staline et John Lénine.

On l’aura compris, Hara-Kiri et Charlie Hebdo planquent dans la pièce d’à côté. En attendant d’être interrogés. Le renouveau soufflant de l’Est, inutile désormais de fuir à l’Ouest. Car comme met en garde le très sérieux proverbe chinois « si tu vas trop à l’ouest, tu te retrouveras à l’est » On s’en doutait. Mais ça jette un froid. Qu’on ressent du Kremlin à Bicêtre !

Alors venez nombreux et n’attendez pas le dégel pour découvrir le Soviet Suprem en tournée dans toute la France. Retrouvez toute l’actualité du groupe sur sovietsuprem.com

Hip Hip Oural !

Da !

crédit photo : Mikael Benard

// Chronique par: Franck Talleux

Rédacteur Jazz & Blues/Rock

// Laissez un commentaire

Nom ou Pseudo (*)

Email (*) Ne sera pas publié

Votre Commentaire (*)

Je calcule parce que ne suis pas un robot :