Mamusicale

//Da Silva – « Un peu de bonheur dans les hauts parleurs » avec son nouvel album

Chanson française | 19 octobre 2019

C’est son 7ème album. Et on peut déjà vous dire qu’on l’adore ! Da Silva dévoile ce 25 octobre « Au revoir chagrin », deux ans après la sortie de « L’Aventure ».

Moins pop et linéaire que ce dernier, ce nouvel album aux mélodies soignées découvre son originalité et son métissage sur chaque titre.

Les textes sont à la fois sensibles et poétiques, tendres et élégants. Parce que le chanteur l’est, élégant. Et sophistiqué. Comme en témoigne à nouveau le visuel de ce nouvel album, où il pose en veste de velours et chartreux dans les bras. Cette même veste que l’on retrouve dans le clip réalisé pour « Loin ».

« Loin », c’est le premier titre de l’album ; donnant le ton d’un album apaisé, au travers de textes philosophes et de sonorités paisibles.

L’album de la maturité ? « Aujourd’hui, je ralentis je prends le temps, je désobéis », comme credo d’ouverture.

Le chanteur s’assume tel qu’il est vraiment : « Je ne ferai plus un effort pour faire partie du folklore et si je tombe c’est pas la mort. C’est à prendre ou à laisser ». – « Tant que la révolte demeure, plein la tête plein le cœur, jamais je ne m’endormirai ».

Un album qui se dévoile comme un recueil de nouvelles, où chaque histoire fait sens, que ce soit dans ses déclarations d’amour, son rapport au chagrin, à la douleur, à la vie, aux autres : « Le cœur est fragile infidèle et crétin »/ « Je ne connais plus les mots pour te faire sourire »/ « Si tu n’as jamais été à terre, atterré, tu ne comprendrais pas (…) Tu  n’as pas eu à faire à la vie bien en face »/ « Parfois me reviennent toutes les premières fois ».

Da Silva nous promène sur des airs inédits chez lui de bossa nova dans « Loin », de reggae sur « Le garçon », de slam oriental sur le magnifique « A l’endroit de la douleur », de valse désuète sur «Rien», d’un zouk pop sur « Légère », tantôt agrémentés de quelques voix ou rires au magnéto, tantôt enrobés de cuivres donnant de la rondeur ou de chœurs enivrants.

Un mélange des genres audacieux, jamais ennuyeux. Comme son clip très réussi sur « Le garçon », où il endosse à merveille le rôle d’un mime avec trois fois rien, dans l’encadrement de sa fenêtre et ses deux mains grimées.

Ce clip est le 1er épisode des « Turbulences d’un garçon ».

On a hâte de découvrir les autres épisodes !

Pour suivre la série : smarturl.it/DaSilvaLeGarcon             « Au revoir chagrin », sortie le 25/10/19 chez At(h)ome

// Chronique par: Laure Girardeau

Chroniqueuse / Live report / Interviews

// Laissez un commentaire

Nom ou Pseudo (*)

Email (*) Ne sera pas publié

Votre Commentaire (*)

Je calcule parce que ne suis pas un robot :