//WEEKEND AFFAIR « Du Rivage »- Excellent Nouvel album

Electro / Rock, Pop | 11 février 2018

Le duo WEEKEND AFFAIR revient avec un deuxième album « Du rivage », plus sage, plus mature que le premier. Trois ans se sont écoulés, la langue de Shakespeare  a laissé place à la langue de Molière pour ce dix titres. L’électronique est toujours en cœur de leur noyau musical. Les mélodies pop profondes, arrondissent la musicalité, apportent une chaleur communicative. Il y a un côté dansant et enivrant qui a su me séduire.

Après s’être entouré de Rubin Steiner pour les premières productions, sur ce disque, de nouveaux invités de prestige ont apporté leur talent au duo. La jolie Cléa Vincent accompagne Louis dans le refrain d’une histoire d’amour éphémère et une partie de la finesse des arrangements est un cadeau d’Albin de la Simone et de son intelligence de la bonne note au bon moment.

Grosse production, le son est géant, ça claque, ça balance, les voix sont excellentes comme sur le morceau « Tu m’emmènes » où vous pouvez entendre la voix de Cléa Vincent sur le refrain. Vous pouvez laisser tourner en boucle ce disque sans qu’il vienne vous agacer. Louis Aguilar et Cyril Debarge composent ce duo nordiste qui aura su par ce nouvel album, mettre la barre encore très haute. L’écurie de musique électronique, Partyfine, gérée de main de maître par le producteur Yuksek plane sur WEEKEND AFFAIR. C’était un vrai challenge d’utiliser  la langue de Molière sur ce nouveau disque.

L’électro pop du groupe prend une dimension plus fine et donne un sens plus profond aux textes et aux sons électroniques. C’est une très belle réalisation. Découvrez sans plus attendre la fête est finie, un clip écrit et réalisé par Quentin Tavernier. Si vous êtes sur Paris le 15 février, ils seront en concert au Hasard  Ludique et aussi en tournée dans toute la France.

// Chronique par: Yann Chesneau

Chef de publication & chroniqueur Albums / Interviews / Live report

// Laissez un commentaire

Nom ou Pseudo (*)

Email (*) Ne sera pas publié

Votre Commentaire (*)

Je calcule parce que ne suis pas un robot :