//Ramon Pipin au Café de la Danse du 7 au 9 avril : Qu’est ce que ce sera beau !

Events / Jeux, Mamusicale | 12 mars 2018

Retenons notre souffle et pinçons-nous avec modération. C’est confirmé. Le Maître revient..

Deux ans après sa dernière apparition en 2016, presque mois pour mois, jour pour jour, œil pour œil et dent pour dent, avec la régularité d’un maître hors norme, Ramon Pipin revient. Parmi les siens. C’est à dire nous !

Pour inaugurer les 7, 8 et 9 avril, au Café de la Danse, le « Qu’est ce que c’est beau » Tour ! L’occasion attendue de présenter son nouveau et dernier projet onze titres à ce jour, mixés au studio ICP de Bruxelles. Ce qui au vu d’une carrière déjà bien remplie, introduit notre Homme dans le cercle très fermé et élitiste des auteurs qui titrent !

Très brièvement pour les nouvelles générations connectées, accouchées et nées sous X, Y et Z, Ramon Pipin débute sa carrière en fondant le célèbre multi-têtes, « Au Bonheur des Dames » (qui affichera plus de trente musiciens successifs au compteur). Il fondera ensuite la mythique formation « Odeurs ». Las ! Vaincue par les sprays, les déodorants, les eaux de toilette contrefaites et les mauvais parfums, l’aventure s’arrêtera là, pour reprendre de plus belle sous le nom du Ramon Pipin Band.

A la suite du très recommandé « Comment éclairer votre intérieur« , son dernier CD sorti en 2016, Ramon Pipin avait basculé l’interrupteur, nous laissant depuis tâtonner dans l’obscurité au milieu des ténèbres. Par bonheur, la petite flamme qui n’a jamais cessé de brûler en lui s’est ranimée. Et garantit aux fidèles de passer une bonne soirée.

Car comme à l’accoutumée, le maître fait front et évoque sans détour les sujets qui fâchent, comme « le casse-tête des Mots de Passe, la persistance des régimes dictatoriaux, l’utilité des think tank, l’omniprésence des séries télé, la magnificence d’un Minitel sur une banquise ou le goût ineffable du Viandox ». On le pressent des textes engagés, sans concession, insoumis mais maîtrisés. Le poids de l’expérience et le prix de la maturité.

Comme à l’accoutumée également, ce concert réservera son inégalable et original lot de surprises. Ramon Pipin jouera et nous enchantera, entouré de « six amis musiciens ainsi que d’un batteur et du quatuor Psoriasis ». Un quatuor dont la présence irrite et démange le plus souvent mais reste enviée et jalousée. Au point d’être considérée par beaucoup comme un véritable coup de peau ! Vous jugerez sur pièces et sur place.

Alors en route pour la gloire ? Oui, si l’on se réfère aux propos avisés du Maître qui juge que cet album est probablement son meilleur après tous les autres ! Personne ne se risquera à le contredire. De plus en reconnaissant spontanément, n’avoir jamais songé à déshériter Laura ni David, notre Homme force le respect et en devient encore plus respectable et fréquentable !

La France tient enfin son incroyable talent. Ne passez surtout pas à côté et venez nombreux ! Envisagerions-nous de nous séparer sans citer l’Empereur ? Peu probable.

Il vous suffira donc de dire, j’étais présent au Café de la Danse les 7, 8 et 9 avril 2018 pour entendre Ramon Pipin, pour qu’aussitôt on s’incline et qu’on vous réponde : Voilà un brave !

Toute son actualité sur ramonpipin.fr            cafedeladanse.com      facebook

// Chronique par: Franck Talleux

Rédacteur Jazz & Blues/Rock

// Laissez un commentaire

Nom ou Pseudo (*)

Email (*) Ne sera pas publié

Votre Commentaire (*)

Je calcule parce que ne suis pas un robot :