Mamusicale

//SPRINGWATER : Super soirée au Supersonic.

Live Report | 17 avril 2019

Jeudi 4 Avril, au SUPERSONIC (Paris 12), soit 6 jours après la sortie de leur second EP « Somes drives » et en collaboration avec l’association Morsure, SPRINGWATER a organisé sa Release Party entouré de STEVE AMBER et IMPARFAIT pour ouvrir la soirée.

Il est 22h30, quand le trio de Bois-Colombes, débute son set avec « Dunes ». Visiblement, les potes ont répondu présent à en juger par le gros accueil. Ce titre, présent sur le 1er EP Abyss, est très représentatif de l’univers du groupe. Des ruptures de rythme, une guitare itérative, un chant survolant le tout, joué avec une grosse envie, une grosse énergie. SPRINGWATER enchaîne avec « Sofia ». Certes la scène du Supersonic n’est pas grande, mais le trio se l’approprie, l’occupe totalement. Une impression d’efficacité et de maîtrise, dûe au travail accompli ces derniers mois. Arrive « Can’t forget the fire », un nouveau morceau du second EP. Un son de basse agressif, métallique, percutant accompagne une compo mélodique, envoûtante. Grosse clameur, on adhère totalement.

Ces trois-là, Killian (batterie), Thomas (chant et basse) et Tristan (guitare) dégagent une sérénité évidente, et un plaisir flagrant d’être sur scène. Les concerts accumulés en 2018 leurs permettent de profiter pleinement du moment et de partager avec les spectateurs. Et c’est un « Ocean »  calme et presque langoureux qui démarre. Son crescendo est juste implacable et nous conduit vers l’exaltation.

Thomas lance les remerciements d’usage à tous ceux qui ont permis à l’EP et à  cette soirée d’exister avant d’entamer «  Bloodline », le titre du clip. Tristan se met en avant et se lâche avec sa six cordes et une vitalité communicative.

Cette Release Party sent la fraîcheur, l’envie, le travail bien fait, à l’instar du titre « My matryoshka », nouvelle composition qui déchire tout. Parfait pour l’interaction avec nous, auditeurs charmés ! Ce n’est plus une clameur mais une ovation. A noter un autre inédit, « Paralysed », morceau juste énorme, qui pourrait provoquer des miracles en faisant se lever tout le monde ! Et que dire de « Heartbeat » : les premières rangées pogotent, Thomas descend prendre un « bain de public ». Ce titre met les battements de cœur à l’unisson d’une petite folie pas ordinaire.

Pour conclure ce set de plus d’une heure, plaisant et efficace, on se quitte en « Apogée » avec une guitare – au son « mandolinesque » – qui nous accompagne dans une atmosphère réjouissante.

SPRINGWATER m’a enthousiasmé par sa maîtrise technique et son gros son. Leur univers accessible, alliant gros riffs efficaces, passages aériens et chant envoûtant, s’exprime parfaitement dans des live exaltants et électrisants. SPRINGWATER c’est de l’eau de source au milieu des fûts de bière ! Pour suivre l’actualité du groupe, Facebook.

Merci à TVDuNet.com  pour les photos du live.

// Live report : Marc Tessier

Live report

// Laissez un commentaire

Nom ou Pseudo (*)

Email (*) Ne sera pas publié

Votre Commentaire (*)

Je calcule parce que ne suis pas un robot :