//ONZE BOUGE PARIS SI

Live Report | 11 juin 2018

Pour casser la routine du lundi 4 juin 2018, quoi de mieux que de se rendre à la clôture du festival Onze Bouge, en partenariat avec GénéraSon Réservoir. Cette dernière soirée se déroule dans la salle mythique du réservoir dans le 11 ème arrondissement de Paris. Une salle au style baroque, au cadre pittoresque, idéale pour se détendre après une dure journée de travail. Posé sur des banquettes couvertes de housses rouges velours, on se sent tout de suite à l’aise. Des enfants jouent à imiter des musiciens, pendant que d’autres se rafraîchissent au bar en attendant le début du concert.  C’est convivial, il fait chaud et la lumière se tamise.

20h30, des accords de piano résonnent dans la salle, la voix rebelle de David ASSARAF surgit et nous enivre sous les notes de violon de Fanny Castaing. Le public se laisse porter par cette ambiance intimiste et savoure ces douces mélodies.

21h, changement d’univers avec le duo Edgär, une autre dynamique s’empare de la scène. Le style Pop électro fait bouger les têtes et les corps. Un binôme en  totale symbiose, l’un sur sa guitare électrique, l’autre derrière sa console. Un cocktail qui ne manque pas d’électriser la salle. Le guitariste descend de la scène et se met face au public pour nous livrer un dialogue magique entre son corps et sa guitare.

Le temps d’un concert, Edgär nous offre toute son énergie et une parfaite  harmonie vocale entre le duo. On sent la complicité entre eux, c’est beau à voir et à écouter. Pour terminer leur set, ils invitent le public à se lever pour accueillir le dernier groupe de la soirée Billet d’Humeur.

 

Le show commence, le groupe chaud bouillant, Billet d’Humeur composé de trois chanteurs et d’un DJ entre en scène de façon punchy. Le public est prêt à  recevoir de la joie, de l’énergie et surtout une bouffée de générosité. Ça chante, ça rie, bref ça respire la vie à plein nez face à une chorégraphie qui est magnifiquement synchro entre les membres du groupe.

Derrière cette performance, une superbe interaction naît avec le public, notamment au moment des « Jingles ».  Billet d’Humeur nous offre un set rythmique, déjanté, avec beaucoup de morceaux groovy mais aussi plus doux avec « allô ma mère »  au texte touchant.

La boîte magique de Billet d’Humeur c’est : du chant, du beat box, de la danse ; bref tous les ingrédients sont réunis pour se déhancher et se laisser aller.

Cette soirée a été riche en découverte et en diversité musicale, il y en a pour tout le monde et ça, c’est l’esprit du festival Onze Bouge.

Crédit photo : Leïla et Roxane

// Live report : Leïla Kallouche

Chroniqueuse Live report / Albums

// Laissez un commentaire

Nom ou Pseudo (*)

Email (*) Ne sera pas publié

Votre Commentaire (*)

Je calcule parce que ne suis pas un robot :