//LYSISTRATA : « Amplis à fond » la Maroquinerie !

Live Report, Rock | 20 décembre 2017

A la Maroquinerie (Paris), le 17 décembre LYSISTRATA donnait son dernier concert 2017.

Et quelle année 2017 pour eux ! Lauréat du prix Ricard S.A Live Music, également dans les lauréats du FAIR, un premier album sorti en octobre 2017 chez le label bordelais Vicious Cercle et une soixantaine de dates au compteur.

Après un tel inventaire, c’est la curiosité et l’envie qui m’amènent au 23 rue Boyer.

Après les passages de ROBOT ORCHESTRA et NURSERY, qui ont fait du bon boulot pour chauffer la salle, LYSISTRATA débarque vers 21h30. Le groupe, originaire de Saintes, est composé de Max à la basse, Ben à la batterie et Théo à la guitare.

Le Set débute avec « The thread ». Immédiatement, leur présence scénique est flagrante. Ils envoient du lourd, du très très lourd même. Max et Théo se font face comme pour conserver un lien fusionnel. Sur « Small box » on est scotché par cette rage digne de RATM. L’énergie est débordante. Ce power trio est bouillonnant, fougueux, déchainé voire endiablé. Pour paraphraser Zégut, « ça débouche les cages à miel ! ». Une bonne partie de la fosse s’est lancée dans un pogo survolté.

Une partie du public reprend le refrain d’« Asylum », le groupe fait de plus en plus d’émules et ça se voit.

Mais attention, LYSISTRATA, ce n’est pas seulement trois jeunes musiciens de 20 et 22 ans, plein d’énergie et de spontanéité, leur maîtrise aussi est remarquable ! Le morceau « Sugar & Anxiety » est de belle facture et un bon résumé de leur savoir-faire.

Libres à ceux qui veulent classifier LYSISTRATA, dans le math rock, le post hardcore, le noise rock, le post rock …  en réalité on s’en tape ! On a devant nos yeux et dans nos oreilles, une synthèse musicale originale avec des riffs acérés, des mélodies travaillées, des voix et des hurlements qui s’entrelacent, le tout réalisé avec maitrise. Le public nombreux, s’est fait embarqué par ce trio talentueux. LYSISTRATA bouscule, défoule, épuise, absorbe, fait vibrer.

Le concert se termine avec un « The boy who stood above the earth » d’une durée avoisinant le quart d’heure, à rendre jaloux les bons vieux groupes de rock progressif. C’est une envolée fracassante dans leur univers qui fait décoller l’assistance tout en la mettant sur le cul !

Suit un moment irréel, en guise de rappel, ce sont les guitares, le tom basse et une cymbale (avec son pied) qui s’autorisent un slam dans le public, comme une allégorie, pour mettre en avant la musique plutôt que les musiciens.

LYSISTRATA, pour son dernier concert 2017, nous a bien reçu, gâté même ! Le nombre de personnes autour du marchandising prouve qu’ils ont su convaincre. C’est confirmé, LYSISTRATA est un phénomène montant qui devrait s’exporter assez facilement.
Retrouvez toute leur actualité sur Facebook. Et déjà pas mal de dates de concert à partir 13 janvier 2018 dans toute la France. Retrouvez l’album du concert sur Facebook/Mamusicale

// Live report : Marc Tessier

Live report

// Laissez un commentaire

Nom ou Pseudo (*)

Email (*) Ne sera pas publié

Votre Commentaire (*)

Je calcule parce que ne suis pas un robot :