Mamusicale

//LA MAISON TELLIER : une exclue mondiale à PAUL B

Chanson française, Live Report, Pop / Rock | 28 mars 2019

Le 22 mars 2019 est sorti « Primitifs modernes », le 6ème album de LA MAISON TELLIER (label Messalina).  En conséquence, le concert du 21 mars à PAUL B (91) nous a permis d’écouter en exclusivité mondiale … les titres du nouvel album de 5 faux frères TELLIER, dont la maison est constituée de 5 pièces maîtresses – Maupassant oblige ! –  Helmut au chant,  Raoul à la guitare, Léopold à la trompette, Alphonse à la basse et Alexandre à la batterie.

Ce concert du 21 mars est donc le premier de la tournée pour défendre « Primitifs modernes » et l’occasion pour le public massicois de découvrir l’ensemble des titres (sauf un) du nouvel album.

Le set débute à 21h30 par un « Fin de race », au démarrage tranquille et monte crescendo pour un final, avec guitare et trompette, tonitruant à l’image d’un monde en fin de course. Sur « Amazone », on est dans une épopée cinématographique, mélodique, où les cuivres sont distillés avec finesse. Le public réceptif se manifeste avec vigueur. Helmut, présente le prochain morceau en indiquant qu’avec le temps, ils sont devenus « La horde ». Ajoutant qu’ils sont heureux de débuter cette tournée à Paul B. Salle qu’ils connaissent bien pour y être passés à de nombreuses reprises. « La horde » est une compo rock au tempo lent sur fond de mélancolie « c’était pas mieux avant, c’était juste avoir 20 ans ».

Pour lancer, « Laisse les dire » Helmut nous présente l’injustice des enfants entre eux avec drôlerie et naturel, il a une véritable complicité avec le public. Cette chanson à un message : « pour vivre heureux … vivons ». C’est clair LA MAISON TELLIER tient la baraque. Avec son identité musicale, si personnelle et riche, depuis 15 ans elle transmet sa vision critique, parfois cynique ou humoristique, sur notre société en racontant nos histoires. Toutes ces raisons font de LA MAISON TELLIER un incontournable de la chanson française.

A noter « Prima notte » dont la montée en puissance a séduit et vitalisé l’auditoire. Egalement « Beaux quartiers » avec sa longue intro sous forme d’échange entre trompette et guitare qui vire au jazz-rock puis Helmut et sa voix charismatique entre dans la danse. Un très grand moment.

Après cette grande envolée, on restreint la voilure avec « Exposition universelle » chanté en trio. Très émouvant, le public fredonne l’air, c’est une belle osmose musicale. Après une reprise électro-speedée de « désenchantée », PAUL B vit un nouveau moment fort avec « Sur un volcan », un standard, avec une rythmique triballe sur laquelle il est impossible de ne pas bouger. Tout est perdu … Dansez ! La salle est en résonance, debout, tel un hommage au « Vivons heureux en attendant la mort » de Desproges. L’applaudimètre confirme : les spectateurs sont bien vivants !

On termine avec « Les Apaches », un rock énergique et joyeux avec trompette rappelant la sonnerie aux morts, résumé de la fête musicale qu’est un concert de LA MAISON TELLIER. Retour aux loges.

Helmut revient seul pour interpréter « J’ai rêvé d’avalanche » seul à la guitare. Le frontman se la fait toute en douceur et sa voix occupe tout l’espace, sa présence capte et captive. Après « Métropolis », « Que mes chansons » est un morceau à découvrir… avec un son et un jeu de guitare remarquable. Le public aura pu apprécier durant 1h40, un menu comprenant les nouvelles compositions de « Primitifs modernes », d’anciens titres incontournables et des reprises, le tout à la sauce de LA MAISON TELLIER, c’est-à-dire avec simplicité et éclectisme.

La tournée ne fait que débuter, pour savoir s’ils passent près de chez vous c’est par ici : Facebook     Twitter   Youtube

Retrouvez toutes les photos du live ici.

// Live report : Marc Tessier

Live report

// Laissez un commentaire

Nom ou Pseudo (*)

Email (*) Ne sera pas publié

Votre Commentaire (*)

Je calcule parce que ne suis pas un robot :