Mamusicale

//OSE le Concert des Coccinelles au Casino de Paris.

Chanson française, Live Report | 11 novembre 2018

Samedi 3 novembre 2018, le Casino de Paris abritait le Concert des Coccinelles avec une pléiade d’artistes. Les objectifs de cette soirée : passer un très bon moment tout en sensibilisant le public sur la neurofibromatose en récoltant des fonds. Cette maladie orpheline qui touche le système nerveux,  provoque des tâches sur la peau (d’où le nom de coccinelle) et des problèmes orthopédiques. Elle concerne 15 à 20000 personnes en France.

La soirée est lancée par les discours du Président de l’ANR (Association Neurofibromatoses et Recklinghausen), Jean Michel DUBOIS et le Professeur Pierre WOLKENSTEIN.

C’est le départ de cette grande farandole musicale. Les artistes, toutes générations confondues, ont répondu présent à l’appel de BEN RICOUR et OURS (Charles Souchon), et composent un plateau exceptionnel.

Le concert débute avec le parrain, BEN RICOUR. Il fait un historique du « festival des coccinelles » qui se tient à Fournés (31) depuis bientôt 10 ans (festivaldescoccinelles.org) suivi par OURS évoquant sa grande émotion, face à la réalité de cette soirée, avant d’interpréter « Jamais su danser », qui fait bouger en douceur. C’est à BENOIT DOREMUS de proposer son univers avec «Bête à chagrin » et « Lire aux chiottes ». Le public est à l’écoute et ravi.

Arrive ZAZIE, une des quatre têtes d’affiche. Elle chante « Je suis un homme », standard de la chanson que les spectateurs reprennent en chœur. Elle est rejointe sur scène par OURS, ALAIN SOUHON et MAXIME LE FORESTIER … Ah quand même !

Cette soirée donne une visibilité mais surtout nous procure une vive émotion, spectateurs concernés et parfois touchés par la maladie, émotion entretenue par les discours des artistes, par la joie et la fierté du travail accompli par les bénévoles.

GAEL FAURE, présent aux festivals depuis des années, nous livre « Le chant des colibris » et « Caractère » qui  séduisent et font bouger l’auditoire. Au tour de DAWTA JENA de chanter pour la première fois l’hymne spécialement composé pour l’occasion. La danse des artistes se poursuit avec BODIE, un trio féminin qui n’a rien de fantomatique, très vivant, avec humour et cynisme, propose « Maman » et « Les feux de la Saint-Jean ». La famille SOUCHON est au complet avec le passage de PIERRE SOUCHON qui interprète « L.A.O.T » et « Il et elle » puis RENAN LUCE enchaînera avec « La Lettre ».

On peut dire que l’on est gâté ! Cette succession d’artistes talentueux, chantant des standards connus de chacun, est un moment rare, fédérateur et émouvant, parfaitement illustré avec la chanson de Joe Dassin «  siffler sur la colline », interprétée par OURS + DOREMUS + LUCE + BEN RICOUR.

C’est au tour de CLARIKA de chanter « Les garçons dans les vestiaires ». Le défilé continu avec  ALDEBERT, seul puis en duo avec MAXIME LE FORESTIER. C’est un feu d’artifice, dont le bouquet démarre avec HUGUES AUFRAY. Lui aussi est venu participer à cette belle soirée de solidarité, et nous dégustons ensemble  « Céline » puis « Santiano ». Standing ovation du Casino de Paris.

MAXIME LE FORESTIER revient pour nous offrir également deux incontournables de son répertoire « Mon frère » puis « San Francisco », ALAIN SOUCHON le rejoint pour un duo en hommage à Brassens avec « Une jolie Fleur », et sans nous laisser le temps de réaliser ce moment précieux, ALAIN SOUCHON, seul, part pour « La ballade de Jim ». C’est avec tous les artistes de retour sur scène qu’ALAIN SOUCHON entonne « Foule sentimentale » pour un final.

Trois heures durant, on nous régale d’un vrai  patrimoine musical et culturel qui voit défiler plus de 60 ans de chansons populaires françaises, régalant nos oreilles attentives. Nous avons vécu, ensemble, un moment en suspension, précieux et rarissime. OURS remercie tous les participants à la réussite de cette soirée et évoque le souvenir de malades disparus. Artistes, bénévoles et malades se rassemblent sur scène pour lutter et chanter notre humanité :

« Tant qu’il a des gens, des sentiments, la vie est belle quand on s’épaule »

A noter, la prestation des musiciens et choristes qui pendant trois heures ont assurés sur un répertoire variées. Retrouvez les photos de cette soirée ici.

Si vous souhaiter aider l’association et/ou faire des dons c’est ici :

www.anrfrance.fr             facebook.com/Anrfrance/              dons.fondationdefrance.org

// Live report : Marc Tessier

Live report

// Le(s) commentaire(s)

  • Catherine Hamonic
    le 12 novembre 2018

    Soirée fantastique qui a permis aux familles concernées de voir la générosité et la solidarité dont elles font l’objet. Merci aux artistes et bravo à L’A.N.R et à ses bénévoles sans qui rien n’aurait été possible.

// Laissez un commentaire

Nom ou Pseudo (*)

Email (*) Ne sera pas publié

Votre Commentaire (*)

Je calcule parce que ne suis pas un robot :