Mamusicale

//BIGA*RANX : Paul B pour un final

Live Report | 20 décembre 2018

Le vendredi 14 décembre, BIGA*RANX en termine avec sa tournée dans la salle PAUL B de Massy qui affiche complet. Cette tournée a débuté il y a plus de 18 mois pour défendre son dernier album « 1988 ». Ce concert, comme un premier cadeau de Noël pour ses  fans essonniens, voit débarquer BIGA*RANX vers 21h45 après un set de presque une heure de ROOTS ATTACK.

L’intro fait  monter l’intensité. BIGA*RANX attaque avec « My face ». Pas de round d’observation entre l’artiste et son public, l’échange est immédiat. Les fans reprennent en chœur les paroles. Ce soir Massy est chaud !

BIGA*RANX en profite pour nous dire son émotion en cette fin de tournée. Le maitre mot de la soirée est de se faire plaisir en mode sound system. Il enchaine avec « Homegrown » où il fait une démonstration de son flow de dingo. Le public lui fait une ovation.

Avant de lancer « DIY », il commente ce monde qui vit des moments chelou, dans lequel il faut se rassembler pour kiffer ensemble. Quand « DIY » démarre, le public est chaud comme la braise et le fait savoir ! Ce morceau est la fusion entre une musique très dépouillée, quelques notes constituant une mélodie simple et mélancolique et la rage du chanteur au toasting incroyable. Ce soir c’est presque Noël, BIGA*RANX présente un nouveau morceau « Digging the underground » avec un feat de Pupajim.  Les fans se font entendre sur « Paris is a beach » avec des Yé héhéhé puissants. Le plus jamaïcain des tourangeaux nous répète que ce soir « on est là pour se faire plaiz ». Et c’est le cas, grâce à son talentueux mélange de ragga, de dance hall, d’électro et de reggae.

BIGA*RANX exprime à nouveau la grande émotion procurée par cette date. Il reprend et fusionne deux anciens morceaux dans un medley composé de « It’s a shame » sur l’album « On time » de 2011 et de «Sexy » sur l’album « Nightbird » sortie en 2015. C’est clairement un des moments les plus fort de la soirée, avec une nouvelle fois ses prouesses vocales qui enflamment l’auditoire.

Suivra « Push the limit », le fruit d’une collaboration avec l’ENTOURLOUP puis BIGA*RANX fait une dédicace à « Tous les fumeurs de ouinj présent ce soir » (à l’odeur la dédicace était judicieuse) avant de lancer une bonne dose de son « Petit boze ».

Autre moment fort, « Liquid sunshine », le tube sur lequel le public chante tout le morceau, la complicité est à son apogée. C’est là-dessus que BIGA*RANX clôture sa prestation. Mais c’est sans compter sur l’envie, l’enthousiasme et la motivation du public pour un rappel. A son retour, il présente, presque timidement, une nouvelle chanson abordant la catastrophe écologique provoquée par le plastique. C’est « Plastic poison » d’humeur triste et au sujet évocateur pour chacun de nous. Ce sera le dernier morceau.

Pour ses 30 ans BIGA*RANX termine une belle tournée. Ce long voyage fait de rencontres, et surtout, comme ce soir durant 1h30, de bon son (merci Aurélien !).La connexion entre Massy, Tours et Kingston était en très haut débit.

 

Pour suivre son actualité : facebook.com

Crédit photo : Georges Jabbour

// Live report : Marc Tessier

Live report

// Laissez un commentaire

Nom ou Pseudo (*)

Email (*) Ne sera pas publié

Votre Commentaire (*)

Je calcule parce que ne suis pas un robot :