//BEN MAZUÉ nous a embarqués dans ses FLOW

Chanson française, Live Report | 12 décembre 2017

Mardi 5 décembre, BEN MAZUÉ terminait ses dates parisiennes avec un troisième concert au Flow. Un bâtiment flottant festif et culturel situé au port des Invalides à Paris.

En septembre sortait son troisième album « La femme idéale » qui compose la trame de son spectacle, « la princesse et le dictateur ».

BEN MAZUÉ débute le concert avec « J’arrive », je dis concert car c’est ce que je m’attendais à vivre. Et bien non, l’artiste a pris le parti de surprendre et propose, à l’image d’un album-concept, un spectacle-concept en s’appuyant sur le septième art pour nous présenter son album. Il présente cette soirée comme une projection transformant le Flow en salle de cinéma. Dans le rôle du narrateur, de l’acteur principal et du compositeur de la bande originale : BEN MAZUÉ. On embarque pour ce film «La princesse et le dictateur » avec les personnages de Vincent et Romy, de leur rencontre il y a dix ans à aujourd’hui. Cette rencontre qu’il place, avec humour, lors d’un des cinq concerts à Bercy de … BEN MAZUÉ puisque Romy en est fan !

Il a une élégance dans le verbe, une facilité à mettre en scène les histoires pour mieux les faire apprécier quand il les chante. Sa profonde maitrise des mots fait de lui un poète du quotidien.

A fil de ses chansons, « 25 ans », « Confessions d’un Rap Addict », « Quand je vois cette image », « Let me », «  La femme idéale », « Élodie », il construit cette histoire d’amour et déroule son scénario avec émotions, sincérité et humour.

Sur scène, BEN MAZUÉ, avec ou sans guitare acoustique, est accompagné du claviériste Robin NOTTE. Ces deux musiciens nous proposent de beaux arrangements, parfois fragiles, parfois rythmés toujours délicats avec la plume de BEN MAZUÉ, qui fait danser les mots sur les notes. C’est un conteur, un chanteur, un slammer voire un rappeur avec une constante, la qualité et la beauté des textes. Des textes qui parlent certainement de lui et qui se reflètent sur chacun de nous.

Puis il nous raconte le couple qui vacille, avec « 10 ans de nous », « Illusion », « J’attends » ou encore « La mer est calme ». Après une heure de spectacle, l’avenir commun de Vincent et Romy s’est salement assombri. BEN MAZUÉ quitte la scène. Sous le charme, Le public l’acclame et se lève.

A son retour, il confirme que le spectacle ne peut pas s’arrêter là, sans une fin, mais comme il n’a pas voulu choisir, il en propose deux :

« La mer est calme » parle de la fin de cette histoire d’amour et « Nous deux contre le reste du monde » évoque un avenir plein de promesses … et tout le monde est soulagé. La salle est à nouveau debout. Il remercie le public et les techniciens. Au son, Fabien Aubert et aux lumières Philippe Littlejohn. Clap de fin.

Pour le rappel, il nous offre un hommage à sa mère avec « Vivant », une chanson bouleversante, à faire monter les larmes aux yeux. Il écrit sur le malheur avec l’espoir de le dissoudre avec la force des mots. Puis c’est « La liesse est lovée », il enregistre la guitare puis sa voix en enfin fais les chœurs, un vrai bonheur !

BEN MAZUÉ est un artiste touchant, avec une présence et une aisance remarquable. Il réussit à émouvoir, à faire rire, avec ou sans musique, toujours avec justesse, délicatesse et humanisme.

Avant l’Olympia, le 14 novembre 2018, il est en tournée. Toutes les dates sur : benmazue.com et Facebook

Retrouvez l’album du concert de Ben Mazue.

// Live report : Marc Tessier

Live report

// Laissez un commentaire

Nom ou Pseudo (*)

Email (*) Ne sera pas publié

Votre Commentaire (*)

Je calcule parce que ne suis pas un robot :