Mamusicale

//Rencontre avec La Pietà : Chapitre 5 & 6

Electro / Rock, Interview Artistes, Musique Urbaine | 3 décembre 2018

Mamusicale a rencontré La Pietà à l’occasion de la sortie de son dernier EP chapitre 5 & 6 et à la veille de son concert privé parisien à la boutique Ulule.

Parles-nous de ton projet La Pietà.

C’est un projet qui a commencé il y a 4 ans. Après un arrêt de la musique, suite à de mauvaises expériences avec des maisons de disques, j’ai déménagé dans le sud et j’ai démarré l’écriture d’un roman. Ensuite j’ai eu envie de mettre en musique des extraits de ce roman. Dans ce but, j’ai créé un laboratoire créatif personnel, sans idée de lancement d’un nouveau projet, simplement un moyen de m’exprimer sans aucune limite, en toute liberté. Dans ce labo, j’ai mis le texte du roman en musique, réalisé des clips, des dessins, des collages. C‘est comme ça qu’est né La Pietà, un projet pluridisciplinaire.

Après 4 ans, le projet La Pietà reste-t-il personnel ?

Oui il reste personnel. C’était le but de ce projet, que je puisse m’amuser librement, dans mon propre univers. Sur scène, j’ai deux musiciens qui ont totalement adhéré au projet. On travaille ensemble depuis plus de deux ans. Ce sont des musiciens complices, mais La Pietà n’est pas un groupe !

Dans une interview, tu évoques le besoin de cracher ton venin, ça reste le socle de l’expression de La Pietà ?

Oui. Il y a un côté viscéral, authentique dans les émotions, ce n’est pas un simple exutoire, mais un échange fédérateur avec le public. C’était le cas au début mais avec le temps, les rencontres professionnelles et le développement du projet, je me suis rendu compte que La Pietà était défini comme la fille en colère, masquée, qui crache son venin, dans un monde noir et blanc. Finalement, je me suis créée ma propre case, d’où la volonté, durant les  mois écoulés, de faire exploser cette image. Pour cette raison, dans le dernier clip « La salle d’attente » j’ai retiré le masque, mis de la couleur, et je chante simplement accompagné d’un piano. Pour continuer à étonner et ne pas être là où l’on m’attend.

Ta soirée Ulule/Sacem se déroule à Paris, la capitale est-elle incontournable ?

Non, La Pietà joue très rarement à Paris, et est largement soutenu par l’Occitanie,  ma région d’adoption qui a vu naître ce projet. On y a fait énormément de concerts en deux ans et demi. Cette soirée est particulière car la Sacem a eu un coup de cœur pour La Pietà et m’a offert un accompagnement de carrière pour 2018. C’est un soutien financier et professionnel. Ils  nous ont demandés d’organiser une date parisienne pour la fin notre collaboration.

La démarche de passer par Ulule et le crowdfunding est-il un choix politique ? Est-ce le seul moyen d’être libre et créatif ?

Le vrai choix est d’être indépendante et libre artistiquement. Je reste ouverte à une collaboration avec des labels et éditeurs, mais en gardant la liberté sur l’artistique. On peut envisager de la co-production mais La Pietà restera  impliquée dans le projet.

Sur l’implication des fans via Ulule, c’est une démarche à la fois financière, ça coûte cher de faire de la musique, de la vidéo et surtout pour la communauté de fans, créer avec eux un lien privilégié, par l’écoute de l’EP en avant-première, par l’invitation au concert privé de demain.

Tu as évoqué l’écriture d’un roman, c’est pour cette raison que l’EP se décline en chapitres ? Tu veux dérouler une histoire sur le long terme ?

Non, ce n’est pas si structuré que ça, ce sont des chapitres car il s’agit d’extrait du roman mais ça ne déroule pas d’histoire. On va se diriger vers un premier album qui clôturera cette série de chapitre. Et peut-être qu’il y aura un autre livre !

Dans tes clips tu fais tout ?

J’ai réalisé tous les clips précédents, c’était ma volonté d’exprimer mon regard sur les choses à travers différents moyens artistiques. Toujours avec une idée de départ et la dérouler. Sur le dernier clip c’était particulier, je savais très précisément dans quel lieu il devait se tourner. Je voulais quelque chose de très simple, j’en avais la vision précise, mais j’ai travaillé avec un réalisateur qui a filmé avec son œil. C’est la différence avec les autres clips.

Pour rester dans l’univers de ton clip, il y aura de moins en moins de masque et de plus en plus de couleur ?

Pas forcément, c’est une envie de changer, de sortir de mes automatismes. De faire les choses différemment. La Pietà n’est pas que colère et provoc, j’ai envie de faire des choses différentes.

Quels sont les messages principaux de ton dernier EP ? L’envie de dénoncer ?

Le truc principal c’est le mal-être, exprimé sous différentes façons :

En le combattant comme dans « Maintenant ou jamais » en se mettant des claques pour prendre le dessus. En s’engageant comme dans « La fille la moins féministe de la terre », qui évoque la société et son fonctionnement qui blesse les gens. Sous forme de crise existentielle et mélancolique dans « La salle d’attente ». Avec du second degré comme dans « Défoncer le cœur » qui exprime ce mal-être sous le ton de l’humour et de la provoc.

Tu as évoqué un album pour 2019, tu peux en dire plus ?

Oui, il devrait être enregistré début 2019. Avant l’été, on sortira un titre et on fera une pré-tournée. L’album sortira à l’automne prochain.

Tes 2 faits marquants en 2018 ?

Le printemps de Bourges. Nous avons représenté notre belle région d’Occitanie. C’était un tournant et un challenge de jouer devant une salle pleine de professionnels. Les retours ont été hyper positifs. C’était une reconnaissance du métier qui m’a fait du bien, qui m’a touché. Le second est plus publique, après la sortie de  «La salle d’attente », j’ai reçu énormément de messages, de commentaires ultra touchants, que j’ai rassemblé dans un document. C’est surtout important d’avoir la reconnaissance du public.

Pour l’album tu penses à des featuring ?

Avant de penser au fFeaturing, je vais rechercher le réalisateur. Il aura une oreille extérieure, pour que le son frappe autant que les textes. Le mélange n’est pas simple à trouver, entre ma volonté de beat Hip Hop ou électro, avec des guitares très présentes tout en gardant le même état d’esprit ! Une fois libéré de cette recherche on pourra éventuellement envisager d’aller chercher des potes pour les Featuring !

Merci La Pietà et bon concert demain soir.

Retrouvez  toute son actu sur Facebook,    Youtube,    Twitter

// Interview par : Marc Tessier

Live report

// Laissez un commentaire

Nom ou Pseudo (*)

Email (*) Ne sera pas publié

Votre Commentaire (*)

Je calcule parce que ne suis pas un robot :