Mamusicale

//RENCONTRE – ADAM NAAS AU MaMA FESTIVAL 2018

Interview Artistes, Pop | 21 octobre 2018

Découvrir des artistes émergents est notre quotidien, dans l’attente du coup de cœur, des milliers de projets qualitatifs naissent. Mais alors, qu’est ce qui fait la différence et qui va nous séduire plus que tout ?

Adam NAAS se produisait dans le cadre du MaMA festival dans le quartier de Pigalle au Bus Palladium jeudi 18 octobre 2018. Happé par son timbre de voix, par sa sensibilité musicale, il n’en fallait pas davantage pour éveiller ma curiosité. Adam NAAS a gentiment accepté notre invitation. L’occasion de savoir qui se cache derrière ce jeune parisien de 26 ans.

 

Bonjour Adam, peux-tu te présenter et nous parler de ton parcours ?

Je suis né à Paris et j’ai passé toute ma vie dans cette ville. Je suis venu à la musique de façon assez tardive. J’ai toujours aimé chanter. J’ai offert une guitare à mon frère et un jour je l’ai subtilisée. Enfin, je l’ai carrément volée en fait ! (rire…) Et à ce moment-là, la guitare est devenue mon premier ami dans le domaine musical.

Quels sons t’ont bercé pendant ton adolescence ?

Au tout début, j’écoutais la musique de ma mère parce que  il n’y avait pas internet (rire…), du Nina Simone, du Ella Fitzgerald et du Julien Clerc. Après avec internet, j’adorais écouter ce que les autres n’écoutaient pas. J’ai eu une grosse période folk mêlée avec du R’n’B de l’époque. Puis les Velvet Underground ont été une grosse découverte. Toute cette base d’écoutes a été chaperonnée par la Motown.

Pourquoi vouloir devenir chanteur, artiste ?

Je suis en train encore de me poser la question et je me la poserai peut-être tout le temps (rire…). C’est devenu sérieux quand un pote m’a dit qu’il voulait faire un clip d’une de mes chansons, Fading  Away, il y a  deux ans (aujourd’hui 900 000 vues sur YouTube). Ensuite j’ai été contacté par beaucoup des maisons de disques. Le père d’une amie proche, manager, m’a aussi poussé dans cette direction.

Tu viens de sortir « The love album », un 7 titres au titre fort. Comment tu l’imaginais et es-tu satisfait du résultat ?

Je suis extrêmement content du résultat ! je suis heureux de l’avoir fait avec des gens que j’aime énormément. The Love album, ce n’est pas que mon amour mais aussi l’amour que je ressens pour ces personnes. C’est une aventure humaine avant tout. Côté couleur musicale c’est un peu le « bordel » mais ça me correspond bien en fait (rire…).

Il y a aussi un côté très sensuel sur ce disque …

Je veux que les gens fassent l’amour dessus…. J’aimerais bien. Je voulais que l’on écoute cet album comme quand on est dans un train, alors que l’on regarde par la fenêtre.

Tu joues au MaMA festival. C’est un festival orienté vers les pros, les personnes travaillant dans cet univers. Quelles opportunités tu y vois ?

Il y a aussi plein de gens étrangers qui découvrent, c’est top ! Avec mon premier Ep, on a voyagé un peu partout dans  le monde. Si ma musique plait à l’étranger c’est plutôt sympa (rire…)

Je te propose de répondre à quatre questions plus personnelles afin de mieux connaitre tes goûts.

Quel est ton secret pour passer de bonnes vacances ?

Avoir une voiture à l’ancienne et partir. Une voiture d’avant 1996 (rire..).  Quand tu pars en road-trip avec ce genre de voiture c’est toujours le bordel mais tu sens le moteur. Je crois qu’à Paris bientôt on ne pourra plus conduire une voiture d’avant 1996.

Pour toi l’élégance c’est …

Un joli vase, j’aime bien les formes. Je trouve que les formes d’un vase sont d’une harmonie magnifique.

Quel est ton objet indispensable ?

Mon vernis noir.

Qu’est ce que tu détestes le plus chez les autres ?

Les gens trop sérieux, ça m’énerve !

Merci Adam pour cette sincérité.

Merci à toi

Retrouvez toute son actualité sur Facebook  Youtube   Instagram

// Interview par : Yann Chesneau

Chef de publication & chroniqueur Albums / Interviews / Live report

// Laissez un commentaire

Nom ou Pseudo (*)

Email (*) Ne sera pas publié

Votre Commentaire (*)

Je calcule parce que ne suis pas un robot :