//NOÄM, jeune artiste montante dans l’univers musical français

Interview Artistes | 20 septembre 2018

Quelle belle découverte pour cette rentrée. Mamusicale a rencontré Noäm qui termine son 1er album et nous fait découvrir son 1er titre « Sage ». L’est-elle vraiment ? C’est ce que nous allons découvrir.

Peux-tu nous parler de ton parcours jusqu’à aujourd’hui ?

J’ai commencé par la batterie à l’âge de 7 ans et j’ai ensuite fait de la guitare à 12 ans. Je chantais déjà à l’époque mais avec ma voix grave que j’ai toujours eue, je le cachais. J’ai pris de plus en plus plaisir à chanter et j’ai retiré les instruments petit à petit pour me spécialiser dans le chant. Après mes études de management sur Nantes, je suis montée à Paris et j’ai intégré l’école Atla, à Pigalle qui est une école de musique actuelle. Après mon diplôme, j’ai commencé à donner des cours d’instruments et de chants particulièrement à des enfants. J’ai participé en tant que chef de cœur à un concert d’une artiste camerounaise qui s’appelle Lady Ponce, en janvier 2017 à La Cigale. Depuis novembre 2017 je travaille sur mon 1er album avec une équipe à Marseille, le studio All in Music. Je travaille avec le rappeur Salim Lakhdari, alias LIM pour ceux qui connaissent, tout en précisant qu’il n’y a pas de rap dans mon album. Je suis accompagnée également de Romain Benabdelkader, qui est auteur compositeur. On arrive petit à petit à la fin de l’album et le 1er single est sorti en juin.

Comment avoir choisi ton nom de scène ?

Tout simplement parce que je m’appelle Manon. J’ai pris mon prénom à l’envers en enlevant un N. J’ai cherché pendant longtemps mais finalement je me suis dit qu’il fallait faire simple et efficace.

Quelles sont tes sources d’inspiration et tes influences pour écrire ?

Je lis beaucoup et surtout des recueils de poèmes. Le cinéma et la musique m’inspirent également beaucoup bien que pendant toute la durée de préparation de mon album je n’ai pratiquement pas écouté de musique, car souvent on reprend des phrases ou des rythmes qu’on a entendus.

Quels sont les artistes qui t’inspirent ?

Michael Jackson, Ray Charles, Otis Redding, Aretha Franklin. Côté francophone j’aime beaucoup Tété, Mathieu Chedid, Yael Naim, Stromae, Orelsan, Juliette Armanet, Fishbach. Et chez les anciens je dirais Serge Gainsbourg, France Gall.

Comment composes-tu tes chansons ?

Avant je faisais la musique et ensuite les paroles, mais sur cet album j’ai eu la chance d’avoir des compositeurs pour tout ce qui était clavier, guitare. On a beaucoup échangé sur ce que je voulais, en trouvant des sonorités qui nous plaisent, et ensuite j’ai travaillé avec Romain pour la mélodie chantée pour la poser sur la musique. J’ai eu la chance d’avoir Freeman, du groupe IAM, qui est intervenu sur un des morceaux. Pour tout ce qui est visuel, comme le clip par exemple, c’est Aurélien Hervé.

Quel va être l’ambiance de cet album ?

Le 1er single « Sage » qui est déjà sorti n’a rien à voir avec les prochains morceaux. Ce titre est unique. Il ne faut pas s’attendre à de grandes envolées lyriques, je voulais plutôt rester sur du parlé-chanté léger. Je ne voulais pas faire de démonstration vocale, ce n’était pas mon but sur cet album.

Es-tu aussi sage que tu le dis dans ton 1er single ?

Effectivement je suis quelqu’un de très sage. Je ne vais jamais prendre le bus ou le métro sans payer par exemple. Je ne suis pas très téméraire, je joue la sécurité et ça me va très bien.

Que souhaites-tu transmettre par tes chansons ?

J’aimerais que les gens écoutent l’album en se disant qu’il y a beaucoup de travail et qu’ils mettent un certain temps à comprendre les nuances après avoir écouté l’album plusieurs fois, mais tous les morceaux restent accessibles.

Pour certains artistes la musique est un exutoire, est-ce le cas pour toi ?

C’est le cas. Actuellement moins car c’est beaucoup de stress, beaucoup de travail et comme toute chose quand on passe d’une passion en travail, ça nourrit plus d’angoisses, mais pour moi la musique est vitale.

Ton clip a été réalisé par Aurélien Hervé, quelle a été ta contribution ?

Je l’ai totalement laissé faire. On a écrit le scénario ensemble. On avait envie d’avoir un visuel ludique. Moi je voulais qu’il y ai des petits dessins qui arrivaient au fur et à mesure du clip car je trouvais ça drôle. Je voulais surtout mettre son talent en avant, et les retours qu’on a sont vraiment très bons.

Tu as dit lors d’une interview que tu ne souhaiterais pas intégrer un télé crochet, peux-tu nous dire pourquoi ?

L’enfermement peut-être dans une catégorie, et une image qu’on n’a pas eu forcément le temps de construire. C’est plus compliqué de s’affirmer en tant que personne et en tant qu’artiste en sortant d’un télé crochet si  l’image qu’on véhicule ne nous correspond pas. Comme on le sait en France, c’est très dur de sortir d’une étiquette qu’on nous a collée. J’en connais certain qui l’on fait, et vu leur parcours actuellement, ils ont bien eu raison. Après chacun choisi sa voie, tant que les gens s’épanouissent c’est l’essentiel.

Quelle est ton actualité à venir ?

Mon 2ème titre sort bientôt. Je travaille avec Aurélien sur les derniers détails du clip. Ce 2èmetitre est aussi un défi car il est totalement différent du 1er. L’album sortira début 2019.

Quelle est ta chanson préférée tout répertoire confondu ?

« Fistful of love » d’Antony and the Johnsons, une magnifique chanson d’amour.

Quel est l’album qui t’a le plus marqué?

Le best off d’Otis Redding. C’est la crème de la crème pour moi.

Si tu pouvais ressusciter un artiste, tu dirais ?

Michael Jackson sans hésitation.

Comment tu te vois dans 20 ans, et où ?

Mariée avec des enfants certainement. Par contre professionnellement j’en ai aucune idée. J’espère toujours travailler dans la musique, sur scène ou en tant qu’agent. Pour l’instant c’est au jour le jour.

Quelles sont les 3 chansons que tu écoutes en boucle en ce moment ?

Kygo et Miguel avec « Remind me to forget ». « Overnight » de Parcels. Et Damso

Merci beaucoup Nöam. On attend ton 2ème titre et l’album.

Retrouvez tout son actualité sur Facebook.

Crédit photo : Aurélien Hervé

// Interview par : Isabelle Grand-Dufay

Interviews

// Laissez un commentaire

Nom ou Pseudo (*)

Email (*) Ne sera pas publié

Votre Commentaire (*)

Je calcule parce que ne suis pas un robot :