//Les premiers pas d’Emy Taliana à l’Olympia

Interview Artistes, Pop / Rock | 16 mai 2018

Mamusicale a rencontré Emy Taliana avant son concert en première partie de Lorie Pester à l’Olympia le 31 mai. Cette jeune artiste va fouler la scène de l’Olympia pour la 1ère fois et son excitation est au summum.

Comment se retrouve-t-on à faire la première partie de Lorie Pester à l’Olympia ?

On s’est rencontré il y a plusieurs années maintenant, et en discutant, elle a appris que j’étais chanteuse, elle est venue me voir en concert quelques mois plus tard et elle a adoré. Elle voulait m’aider sans savoir comment faire. Elle en a parlé à son père, qui est également son producteur, mais le timing n’était pas le bon. On n’a jamais travaillé ensemble mais on a continué à se voir. Quelques années plus tard ils ont voulu m’aider sur la production de mon EP, et provoquer des rencontres qui puissent m’aider dans ma carrière. Et tout récemment, Lorie m’a demandé de déjeuner avec elle car elle avait quelque chose à me dire. J’ai annulé tous mes rendez-vous pour aller la voir avec son père. Ils m’ont posé des tas de questions sur mon emploi du temps dans les semaines à venir, et Lorie m’a annoncé que je ferai la 1ère partie de son concert à l’Olympia. Mes yeux sont sortis de mes orbites, comme The Mask (rires). J’ai pleuré, je lui ai fait un énorme câlin et j’ai réalisé qu’un rêve était en train de se réaliser, tout simplement.

Que représente l’Olympia pour toi ?

Je pense que si Lorie m’avait dit tu fais ma 1ère partie au Zenith, j’aurai été tout aussi heureuse, mais l’Olympia, c’est particulier, il y a quelque chose d’historique. Il y a tellement d’artistes de folie qui ont joué dans cette salle. Dès qu’on dit le mot Olympia, tu vois dans le regard des gens qu’il y a quelque chose qui se passe. L’Olympia c’est une salle mythique avec ses fameuses  lettres rouges. Quand tu as fait l’Olympia, tu peux cocher un de tes rêves. Je ne suis pas encore la tête d’affiche, mais si une de mes plus grosse scène c’est l’Olympia, c’est cool. Ça veut peut être dire que de belles choses m’attendent.

Quel est le concert qui t’a le plus marqué à l’Olympia ?

Je n’en ai pas vu énormément. Celui dont je me souviens le plus, c’est celui d’Hélène Ségara quand j’avais 14 ans. Aujourd’hui je n’écoute plus ce genre de musique et je fais totalement autre chose, mais à l’époque j’étais une grande fan. C’était magique, j’avais l’impression que j’allais voir ma maman spirituelle sur scène. J’étais absorbée par son charisme mais aussi par toute la musique autour. J’étais capable de regarder son guitariste pendant 5 minutes sans regarder personne d’autre. C’est quelque chose que j’ai gardé. Je bloquais sur le guitariste, ensuite sur la chanteuse, puis sur les choristes. J’ai toujours eu ce truc de décortiquer tout ce qui se passait sur scène plutôt que de regarder un concert dans sa globalité.

Qui aurais-tu aimé voir à l’Olympia ?

En artiste français, j’aurais bien aimé voir Zazie. Je l’ai vu dans différentes de salles mais pas à l’Olympia, je ne sais même pas si elle l’a déjà fait. J’adore cette femme et ça lui irait bien de chanter à l’Olympia. En artiste anglo saxon, je pense que c’est une salle qui conviendrait parfaitement à une chanteuse comme Alanis Morissette. J’ai failli dire Pink, mais c’est une telle show girl que tu ne peux l’imaginer que dans des salles comme Bercy.

Comment se prépare-t-on pour l’Olympia ?

Ben déjà on se fait pipi dessus (rires). Je me prépare psychologiquement à gérer cet impact énergétique. Il va y avoir beaucoup de monde. J’ai envie d’être à la hauteur du public qui sera là. Je sais que ce sont des gens qui ne sont pas là pour moi, il y en aura un petit nombre c’est certain, mais la plupart vienne pour Lorie. Il va falloir que je me prépare à aller les chercher et leur dire, hé je suis là. Je ne suis pas celle pour qui ils ont payé, et je vais devoir les séduire et espérer qu’ils rentrent dans mon univers. Sinon au niveau technique, je me prépare avec des répétitions le plus souvent possible. On doit être à fond.

Qui sera avec toi sur scène ?

Je serai accompagnée de mon guitariste et ami Patrice Bui

Comment se fait le choix des chansons pour conquérir ce nouveau public ?

Ça n’a pas été aussi simple que ça. Il faut choisir les bons titres. Il faut mettre un peu de tout pour qu’en une demi-heure je leur montre la palette de ce que je fais. On essaie de mettre des morceaux rythmés, d’autres moins rythmés, des morceaux où on va les faire chanter car j’adore chanter avec le public, mais aussi des morceaux où ils pourront se concentrer sur la mélodie et sur le texte. J’ai aussi envie qu’ils entendent ce que j’ai à dire en mettant des chansons un peu plus engagées. Je vais aussi faire des nouveaux titres, et ça mets une pression supplémentaire.

Vas-tu faire une reprise lors de ce concert ?

Oui je ferai une reprise mais je ne dirai pas laquelle, ce sera la surprise. Je pense que c’est important d’accrocher les gens avec une chanson qu’ils connaissent. J’adore faire mes propres chansons mais il y a des dizaines d’artistes qui m’inspirent chaque jour. Pour moi, chanter la chanson d’un artiste que j’admire, c’est lui faire honneur en me faisant plaisir. Savoir que mes propres chansons vont résonner dans l’Olympia et qu’une chanson que j’adore va résonner également avec ma voix, c’est absolument génial.

As-tu un rituel avant de monter sur scène ?

Il y a deux choses que j’aime faire. J’ai besoin de me recentrer donc en général je fais une petite séance de méditation pour ne pas être bouffée par l’excitation et le stress. Mon deuxième rituel est de me retrouver avec mes musiciens, on se tient les mains, ça fait peut-être un peu cliché, mais c’est important pour moi. On se prend les mains, on se regarde dans les yeux et on se dit qu’on va tout déchirer, en échangeant toute cette bonne énergie. Et tout ça fait que ça fonctionne.

Il me semble que tu as un scoop pour cette soirée ?

Oui, il se trouve que le fameux jour où Lorie m’a demandé de faire sa 1ère partie elle m’a dit : « je ne sais pas si tu seras d’accord, mais je te le demande quand même, j’aimerai bien que tu m’accompagne aussi sur scène au chœur et à la guitare. » Je lui ai dit oui évidemment en me jetant dans ses bras pour lui faire de nouveau un câlin. Ce n’est pas du tout le genre de proposition qu’on refuse. Le scoop c’est que du coup je vais être sur scène pendant 2 heures 30. Ça va être un gros stress car je ne suis plus le capitaine du bateau, ce n’est pas moi la tête d’affiche, mais je me mets au service de l’artiste qui va avoir besoin de mes compétences. Il y a une pression supplémentaire d’apprendre des nouveaux morceaux et de travailler avec des musiciens professionnels qui eux sont habitués à tourner avec plein d’artistes. C’est une façon aussi de mettre un peu mon égo de côté. Mais c’est un tel bonheur, et je suis extrêmement touchée de la confiance qu’elle m’accorde. Je lui dois un énorme merci pour ce tremplin, pour cette mise en avant en tant qu’artiste et en tant que musicienne. C’est une double preuve de confiance. Ce qui m’a également beaucoup touchée c’est qu’elle m’ait dit que pour sa 1ère partie elle n’avait pas hésité une seule seconde, c’était moi qu’elle voulait.

En parallèle, quelle est ton actualité ?

Pour l’instant on travaille bien sûr énormément pour l’Olympia. En parallèle, on travaille sur de nouveaux titres et peut-être la possibilité d’un nouveau single à la rentrée. Je joue toutes les semaines essentiellement à Paris et d’autres concerts sont en pourparlers. On espère peut-être d’ici l’Olympia annoncer d’autres très belles 1ères parties. L’idée est de faire boule de neige et de faire de plus en plus de scènes. Je prends un virage au niveau artistique mais je reste dans de la pop rock car c’est ce que j’aime. Je deviens beaucoup plus engagée qu’avant, sur ma façon de penser, sur mes idées et sur ce que j’ai envie de partager. J’ai grandi avec Zazie en tant qu’auteur, et moi aussi je veux partager mes idées, je veux que les gens se reconnaissent dans mes chansons. Bien sûr je suis très loin du niveau de Zazie, sa plume est tellement extraordinaire que j’en suis loin, mais par contre je commence à assumer le fait de vouloir dire des choses.

Merci beaucoup Emy et on te souhaite un magnifique concert à l’Olympia le 31 mai.

Retrouvez toute son actualité sur emytaliana.com                    Réservation sur olympiahall.com

Crédit photo : Vicky  Bee.

// Interview par : Isabelle Grand-Dufay

Interviews

// Laissez un commentaire

Nom ou Pseudo (*)

Email (*) Ne sera pas publié

Votre Commentaire (*)

Je calcule parce que ne suis pas un robot :