//INTERVIEW-Antsa et Mendrika, deux sœurs pour un album

Chanson française, Interview Artistes | 6 juin 2018

Rencontre avec Antsa et Mendrika, deux sœurs que l’on croirait gémellaires tant elles se complètent. Ces deux jeunes artistes d’origine malgache font déjà beaucoup parler d’elles dans l’univers musical.

Vous êtes très jeunes toutes les deux, pouvez-vous nous parler de votre parcours musical ?

Mendrika : on a commencé à 6 ans au conservatoire. Antsa a fait 10 ans de piano classique et moi 10 ans de guitare classique. J’ai fait également du flamenco.

Antsa : j’ai fait de l’improvisation et de la musique ancienne. On a aussi fait un atelier de musique de film ensemble. On a commencé à composer sérieusement vers 10 12 ans et on a commencé à faire nos 1ers concerts dès le conservatoire, dans des théâtres, dans les rues, et dans l’auditorium du conservatoire.

Vous venez d’une famille de musicien ou pas du tout ?

Antsa : notre maman a fait du piano étant petite mais notre papa n’a pas trop le sens du rythme. Il s’est mis à la guitare il y a 3 ans environ pour pouvoir parler musique avec nous.

Vous avez fait les rencontres d’Astaffort en 2017, ces rencontres vous ont elles permis d’envisager de futures collaborations ?

Antsa : on a rencontré effectivement de nombreux auteurs compositeurs. C’est le principe des rencontres d’Astaffort, on rencontre plusieurs auteurs compositeurs, et on doit composer ensemble une chanson par jour et les présenter au jury. C’était un excellent moyen d’échanger sur les différentes façons de composer, et sur la manière d’écrire de chacun. C’est super enrichissant. Ça s’est terminé par un concert de clôture où on était en 1ère partie de Julien Doré et où on a joué toutes les chansons qu’on avait composé durant la semaine. C’était une fabuleuse expérience.

Mendrika : Francis Cabrel, qui était le jury de cette édition, a beaucoup aimé notre musique et a souhaité que l’on participe au projet du 1er album des rencontres d’Astaffort.

On vous a surtout découvert avec les covers, pensez-vous que c’est un coup de pouce pour un artiste ?

Antsa : c’est venu assez naturellement. Bien sûr que c’est un très bon moyen de faire découvrir notre univers et c’est aussi grâce aux réseaux sociaux.

Vous avez fait plusieurs très belles 1ères parties ?

Mendrika : oui on a fait la 1ère partie des LEJ, des kids United, de Vincent Niclo. Et on va faire la 1ère partie de Dany Brillant les 2 et 3 juin à la salle Pleyel.

La 1ère partie de Vincent Niclo c’était à l’Olympia, que représente cette salle pour vous ?

Antsa : c’est énorme parce que c’est une salle mythique. On n’aurait jamais pensé pourvoir poser nos pieds sur cette scène et surtout jouer nos chansons. C’est très chaleureux, on sent une réelle complicité et une proximité avec le public et c’est ce qu’on apprécie beaucoup.

Mendrika : voir nos deux prénoms en lettres rouges sur la façade, c’est très marquant. Et c’était surtout la 1ère fois qu’on jouait les morceaux de notre 1er album devant un public.

Ce 1er album sort donc en septembre ?

Antsa : on est super contentes car plusieurs de nos propres compositions sont dans cet album. Certaines ont été retravaillées avec notre équipe et 3 chansons nous ont été apportées par des auteurs compositeurs, qui ont entre autres travaillé avec Amir.

Qui a travaillé avec vous sur cet album ?

Mendrika : en partie live on est avec Martin Laumond qui a joué avec Féfé. Sinon au niveau des producteurs et des créations on travaille souvent avec Felipe Saldivia et Fred Savio.

Antsa : et Franck  Amseli a mis des guitares sur quelques morceaux.

Quel va être l’univers de cet album ?

Mendrika : l’univers est assez éclectique. Il y a des ballades, des chansons plus rythmées. On a voulu surtout parler de voyages, et d’évasion.

Antsa : on parle aussi de nos souvenirs, et du futur. C’est plutôt un album où on voudrait que ce soit une pause dans le temps pour les personnes qui l’écoutent car on vit trop souvent dans le speed. Et que surtout les chansons leur face du bien. Ce sera un album de 12 titres tout en français.

Quels sont les sujets qui vous inspirent pour écrire ?

Antsa : ce sont surtout des sujets qui nous touchent de par nos expériences, et dans ce que l’on vit. La chanson « Hashtag » par exemple est un thème assez générationnel, où on essaie de se poser des questions sur l’évolution des réseaux sociaux dans notre société. Dans la chanson « je suis comme toi », on s’est inspiré de la chanson de Francis Cabrel « des hommes pareils » qu’on adore, et qui parle de tolérance.

Mendrika : nos souvenirs sont aussi liés aux études qu’on fait en parallèle. Ce sont des histoires qui viennent de nos patients.

Justement arrivez-vous à compiler la musique et vos études ?

Antsa : on essaie de s’adapter et de faire du mieux qu’on peut mais c’est assez difficile.

Mendrika : c’est très important pour nous d’avoir un pied dans les études car c’est un équilibre. On ne peut pas se passer des études ni de la musique. Je suis en 6ème année de médecine et Antsa en 3ème année de pharmacie.

Antsa : on est d’une nature très optimiste et pour l’instant on se projette à faire les deux.

Quels sont les artistes qui vous inspirent ?

Antsa : communément on aime beaucoup Vianney, Francis Cabrel que nos parents écoutaient beaucoup. Ed Sheeran est un artiste qu’on adore. Mais ça peut aller vers la pop électro pour Mendrika, et la musique de film pour moi. On aime également beaucoup Orelsan et Jain.

Tu parlais de musique de film, seriez-vous prête à jouer le jeu si on vous le demandez?

Antsa : ce serait génial.

Mendrilka : on adore toutes les 1ères fois, et pour nous toute nouvelle expérience est bonne à prendre.

Quelle est votre actualité dans les mois à venir ?

Antsa : on joue au Réservoir le 6 juin. Les 2 et 3 juin, on est en 1ère partie de Dany Brillant. Des plateaux radios sont prévus. Et on se consacre surtout à la finalisation de l’album qui sort en septembre.

Quelle est la plus drôle des deux ?

Mendrika : j’essaie de faire des blagues mais c’est rarement marrant.

Antsa : en fait c’est le fait de ne pas être drôle qui nous fait rire.

Quelle est la plus inquiète des deux ?

Antsa : on n’est pas trop de nature inquiète.

Mendrika : on peut se poser des questions parfois mais on ne s’inquiète pas facilement.

Etes-vous plutôt thé ou café ?

Antsa et Mendrika : thé

Quel est votre petit péché mignon ?

Mendrika : un cookie au chocolat

Antsa : j’allais le dire (rires). Je vais donc dire le royal au chocolat.

Avez-vous un rituel avant de monter sur scène ?

Antsa : on se regarde droit dans les yeux et on se serre très fort les mains.

Avez-vous un grigri sur scène?

Mendrika : oui c’est un collier que j’ai eu pour mes 18 ans et que je porte toujours en concert.

 

Merci beaucoup à toutes les deux et on vous souhaite un beau parcours pour ce nouvel album.

Retrouvez leur actualité sur Facebook  Youtube

Crédit photo : JM LUBRANO

// Interview par : Isabelle Grand-Dufay

Interviews

// Laissez un commentaire

Nom ou Pseudo (*)

Email (*) Ne sera pas publié

Votre Commentaire (*)

Je calcule parce que ne suis pas un robot :