//SOVIET SUPREM : MARX ATTACK

Electro / Rock | 27 mars 2018

Attention ! Danger !

Le nouvel opus du Soviet Suprem, disponible depuis le 16 mars 2018 dans tous les kolkhozes accrédités, pourrait bien faire vaciller vos convictions libérales ! Après avoir chroniqué dans ces colonnes les exploits récents de la Caravane Passe, Mamusicale pensait pourtant bien avoir mérité de la patrie. C’était sans compter sur l’hyper actif Toma Feterman ! Pas vraiment partisan de la Paresse troïka !

Quatre ans après « L’Internationale », leur premier album,  paru en 2014, le duo français Soviet Suprem, emmené par John Lénine (Toma Feterman – La Caravane Passe) et Sylvester Staline (R-WanJava)  récidive, entame une irrésistible ascension politique et présente Marx Attack, son dernier  caviar destiné à conquérir la planète et attaquer le capital a cappella (« 1917″). Pas moins !

Un timing de rêve et un sans faute pour qui suit l’actualité. Entre épisode météo glacial, baptisé le « Moscou-Paris, réélection de Vladimir Poutine, assassinat récent d’un exilé russe à Londres, Coupe du Monde de Football en juin, la Russie s’impose sur la scène (de l’) internationale. La programmation de « Marx Attack » le 16 mars tient donc de l’alignement parfait des planètes ! Les plus septiques y verront doucement mais sûrement la patte de l’ex cas G B. Musicalement, ce duo d’agitateurs s’inscrit dans un style punk-rock-pop-rap-électro d’inspiration anarco-tzigane-balkanique-bolchevique et ressuscite avec humour et dérision les codes de l’ex Empire Soviétique.

C’est déjanté, explosif, exubérant et jouissif ! Pour aboutir à une belle réalisation musicale révolutionnaire et anticonformiste. Un rempart contre la culture yankee se défendent ces deux rebelles en unie forme ! Dès l’introduction, le souffle des chants traditionnels russes a cappella souffle sur vos Chapkas. Ensuite viennent les coups de cœur (de  l’Armée rouge ?).

Contraste saisissant et dynamique avec la déferlante électro « Diktator de Dancefloor« , « Post Soviet » aux accents électro pop renvoie l’auditeur vers les accents baroques d’un Klaus Nomi. Belle composition qui consacre les échanges franco-russe-allemand, Nouvel « électro » choc, avec le tubesque « Vladimir » et son refrain communicatif « . Vladimir a dit », « Vladimir adore », « Vladimir est un grand conquistador ». Si cet humour ne parvient pas à vous dérider, inquiétez-vous ! Vodka est mûr pour être examiné par le Conseil suprême.

Avec « Couic Couic » c’est un hommage vibrant mais tranchant rendu à la Révolution Française et à ses guillotines. Introduction typée – Golden Brown – des Stranglers, pour la « Valse Soviet ».  Au total, quinze titres qui assument leur démesure et une reprise aménagée « T’as le look Coco« , de Laroche Valmont, disque d’or en 1984 pour se conclure sur le bouquet final,  séquence émotion et hommage grave et solennel rendu aux « Héros » interprètes de l’album,  Yougo Chavez – DJ Croute Chef – Sylvester Staline et John Lénine.

On l’aura compris, Hara-Kiri et Charlie Hebdo planquent dans la pièce d’à côté. En attendant d’être interrogés. Le renouveau soufflant de l’Est, inutile désormais de fuir à l’Ouest. Car comme met en garde le très sérieux proverbe chinois « si tu vas trop à l’ouest, tu te retrouveras à l’est » On s’en doutait. Mais ça jette un froid. Qu’on ressent du Kremlin à Bicêtre !

Alors venez nombreux et n’attendez pas le dégel pour découvrir le Soviet Suprem en tournée dans toute la France. Retrouvez toute l’actualité du groupe sur sovietsuprem.com

Hip Hip Oural !

Da !

crédit photo : Mikael Benard

// Chronique par: Franck Talleux

Rédacteur Jazz & Blues/Rock

// Laissez un commentaire

Nom ou Pseudo (*)

Email (*) Ne sera pas publié

Votre Commentaire (*)

Je calcule parce que ne suis pas un robot :