//NASSER-LA RENCONTRE ELECTRO ROCK AUX SOLIDAYS

Electro / Rock, Interview Artistes | 27 juin 2018

2013, NASSER passait aux Solidays pour la première fois. Un concert toujours présent dans ma mémoire. Ce soir-là, j’ai vibré, j’ai pris une claque monumentale sous le chapiteau aux étoiles. Un style électro, bien trop réducteur à mon goût car ce duo s’aventure dans le rock avec un appétit presque inépuisable. NASSER sur scène, c’est une performance à tout point vue, visuelle, physique et bien sûr musicale. 2018, le duo « synthé punk » revient aux Solidays pour nous présenter leur tout nouvel album. L’occasion pour Mamusicale de rencontrer Simon, guitariste, clavier du groupe et d’en apprendre un peu plus.

Bonjour Simon, ravi de te rencontrer sous le soleil de Solidays.

Salut,

NASSER est un duo mais vous êtes bien 3 sur scène…..

Oui, nous avons toujours été trois sur scène mais ça reste un duo car le troisième musicien change de temps en temps.

NASSER existe depuis combien de temps et vient d’où ?

Le groupe date de 2009 et nous venons de Marseille

2018, retour de NASSER avec un 3 ème album studio « The Outcome », sorti au printemps. Tu peux nous en parler ….

Nous sommes vraiment contents. C’est la première fois que l’on s’est posé en studio, que nous avons pris du temps pour réfléchir à des choses sérieuses. Alors que les deux premiers albums, nous étions sans arrêt en tournée. On faisait un titre de temps en temps, c’était fatiguant !  Mais là, pour ce dernier album, on a fait une vraie pose de trois ans. Le fait d’avoir pris le temps, c’est certainement pour ça qu’il y a dans ce disque des choses différentes et plus de chants.

Quel est selon toi, la plus grosse différence entre le premier disque de NASSER et le dernier ?

On aime toujours s’inspirer des films de John Carpenter et de George. A  Romero mais la grosse différence est la qualité de production. On produit toujours nous-même nos disques. On a progressé en studio et on a acheté du meilleur matériel aussi.

 

Quel a été l’élément déclencheur pour faire ce nouvel album ?

C’est surtout quel a été l’élément déclencheur pour que l’on s’arrête (rire…) parce que l’on ne voulait s’arrêter, en fait ! Sur les deux premiers albums, on a dû faire un peu plus de 300 concerts, ça fait beaucoup. Il fallait faire une pause et prendre un peu de vacances. J’avais envie d’aller vers d’autres horizons et Nicolas, lui a fait pas mal de vidéos. Mais on avait toujours envie de le faire ce nouvel album.

Comment se lance-t-on dans l’aventure du nouvel album ? On s’enferme, on s’isole….

C’est moi qui suis à la base des compositions, j’aime bien faire une boucle ou un titre par jour. Au bout de 6 mois, je me retrouve avec des dizaines de titres. Cette partie prend beaucoup de temps.

Après quand on décide de s’y mettre, on se prend trois ou quatre mois et là on s’y met à fond pour garder une cohérence sur l’album.

Pour définir votre univers, on peut lire « synthé punk, ça vous colle plutôt bien ….

C’est un des premiers qualificatifs que l’on nous avait mis. On avait plutôt apprécié. Le problème, c’est que lorsque des vrais punks viennent voir nos concerts, ils disent : Qu’est-ce que c’est ça ! Car ce n’est pas du punk que l’on fait (rire…)  Mais il y a un côté rebelle, un côté rock bien appuyé quand même. Electro/rock pourrait être plus cohérent !

Aujourd’hui vous revenez à Solidays pour la troisième fois. Comment préparez-vous un show comme celui-là ? Tout est étudié, analysé, musicalement, au niveau du plan de feu, gros travail en amont.

On fait quelque chose de particulier pour les gros événements comme Solidays. On adapte les lumières en fonction de la taille de scène. On s’adapte surtout en fonction de la période. C’est-à-dire en ce moment c’est la période des festivals mais après il y a aura la période Clubs à l’automne. Quand on joue devant 500 personnes ou 5000 personnes, ça change un peu la donne.

Quelle est l’actualité de NASSER d’ici la fin de cette année ?

Depuis la sortie de l’album, on fait quasiment que des festivals et jusqu’à la fin de l’été. A partir de septembre on commencera la tournée des salles de concerts en France et certainement aussi  à l’étranger en fin de tournée.

Merci Simon. Hâte de vous revoir sur scène ce soir. 

Retrouvez toute leur actualité sur Facebook  Youtube                                    Retrouvez toutes les photos du live par ici.

// Interview par : Yann Chesneau

Chef de publication & chroniqueur Albums / Interviews / Live report

// Laissez un commentaire

Nom ou Pseudo (*)

Email (*) Ne sera pas publié

Votre Commentaire (*)

Je calcule parce que ne suis pas un robot :