//PHILIPPE MIRO – UN ALLER SIMPLE SUR LA LUNE

Chanson française | 27 novembre 2018

Le 7 novembre 2018 est sorti l’album de Philippe Miro « Vu de la lune » .

12 titres rêveurs, tranchants… parfois il suffit de peu pour vous faire voyager, questionner ce qui vous entoure, et lâcher prise.

Véritable passionné de musique depuis son adolescence, l’artiste sillonne les routes depuis quelques années, compose, écrit… en parallèle du groupe qu’il accompagne « les Petites Bourrettes », Philippe Miro réalise ce petit bijou. « Vu de la lune », un titre à la résonance réconfortante, mais également bien mélancolique. Fugueuse et, paradoxalement, sage. Cherche t-il à fuir par lâcheté ?  Sagesse ? C’est la question que je me suis posée.

A travers « lère du tant », Phillipe Miro nous fait descendre de notre lune pour nous ramener sur terre, où la colère et la frustration règnent. L’artiste dénonce ces « plaisirs marchands » artificiels, éphémères. Il dresse le portrait de ces gens qui s’obstinent à être dans l’air du temps, cette arrogance qui en ressort lorsque l’on parvient à s’inscrire dans cette mode passagère.

« Des vents murmurent de tout laisser tomber » … pour cette même chanson sur terre, le compositeur nous transporte musicalement dans une ambiance violente, chaotique. Les notes inquiétantes s’enchaînent rapidement. Les percussions lourdes et puissantes dépeignent la vie sur terre, qui nous écrasent de plus en plus sous l’ère du temps. « Tes manières » dépeint ce déni de la rupture, la douleur des aurevoirs, et l’acceptation déchirante lorsqu’une chose est brisée et que les rêves s’évaporent. Cette plume douce, d’une manière inattendue, se montre ainsi incisive avec la réalité, ses vers me percutent.

Avec son titre « Vu de la lune », Philippe Miro nous invite à comprendre  son chemin. « Les remords et les regrets n’existent pas vraiment. Vu de la lune tu sais, ça n’a pas vraiment d’importance. »  L’amour, les déceptions, l’amertume, l’espoir… de là-haut on observe les faiblesses humaines, mais également ces précieux moments solaires. Après le jour vient la nuit, qui peut être douce si on l’y autorise. Se nicher sur un croissant de lune pour prendre du recul, de la hauteur, et observer avec poésie nos douleurs.

C’est ainsi que l’on comprend que l’artiste veuille fuguer sur la lune… mais conclusion bien subjective. Fuir cette réalité serait donc signe de lâcheté ? Avec « Continuer » et « Trop tard », Philippe Miro me donne cette réponse. « Il n’est jamais trop tard pour mettre fin au hasard de ses désillusions (…) pour voir à l’horizon, l’idée d’une émotion. » cela fait écho en moi à l’acceptation, une forme de mort pour reconnaître ensuite la naissance de nouvelles émotions. Dans sa dernière chanson « Continuer » il termine mon voyage. « Ne jamais cesser même à tort, de planter des décors (…) Ce qu’on peut posséder ne fait pas devenir » car après tout sur la lune, tout cela ne veut plus rien dire.

Désirer regarder les choses de plus haut, ralentir la cadence, quitter le cercle… Avec ce nouvel album, Philippe Miro se dévoile. A travers cette mise à nu, il nous transporte dans son univers, miroir des faiblesses humaines, de l’amertume, la déception… mais également de la sagesse, de l’acceptation, et du renouveau. Orchestration soignée, plume aiguisée, voici une nouvelle oeuvre à ne pas manquer.

Retrouvez toute son actu sur Facebook

// Chronique par: Camille Mutin

Interviews / Live report / Albums

// Laissez un commentaire

Nom ou Pseudo (*)

Email (*) Ne sera pas publié

Votre Commentaire (*)

Je calcule parce que ne suis pas un robot :